C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 9 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Mer 16 Mai - 22:39


Par LANG


Le tir sur les lisières de Trucy a certainement épargné ce qui restait du vieux chêne…

Voila ce qu’écrivait à son propos Alexandre Menu dans son livre « Le chêne colossal » édité en 1927.

Un chêne remarquable. — C'était un arbre de liberté planté en 1792, au milieu d'un espace triangulaire, à un carrefour de chemins à la sortie du village vers Lierval. Avec de l'espace, un bon sol profond et fertile qu'un étang voisin entretenait en humidité favorable, il prospéra.
En 1893, la commune, fière de son chêne pour son origine et sa grosseur, car alors il couvrait toute la place de sa ramure et il fallait cinq hommes les bras étendus pour le ceinturer, fêta dignement le centenaire de sa plantation, et une brochure fut éditée relatant les documents qu'on possédait à son sujet.
Mais Trucy fut occupé pendant la guerre par les allemands en face de ce chemin des Dames où ils eurent maintes déceptions, il était inévitable que leur rage ne se fit sentir sur ce colosse végétal : c'était une curiosité, il fallait qu'elle disparaisse comme devait disparaître le château de Coucy. Avec une tarière ils firent une série de trous, encore visibles à la base sur le pourtour de l'arbre, les bourrèrent d'explosif, puis provoquèrent l'éclatement qui abattit le colosse sur la maison voisine.
Trucy, en mémoire de son vieux chêne, de la paix victorieuse qui nous a fait échapper à l'esclavage nous attendant si nous avions été vaincus, a replanté un jeune chêne près de l'emplacement de l'ancien. Nous souhaitons à sa population de faire, dans cent ans, une nouvelle fête devant un chêne majestueux et de se remémorer les temps terribles que ses ancêtres et le monde entier ont traversés, causés par l'orgueil dément d'un souverain et de son corps d'officiers qu'excitaient des industriels cupides rêvant d'une hégémonie allemande.



_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 404
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Jeu 17 Mai - 6:59

A nouveau, merci Lang pour ce détail supplémentaire quant à l'Histoire de nos campagnes malmenées par cet
ennemi impitoyable. Vous êtes vraiment un excellent collaborateur, et c'est très bien.


Et c'est la fin du mois d'avril, aussi voici l'hommage aux soldats du 35e R.A.C tués ou morts suite à leurs blessures.
  ARTILLEURS MORTS POUR LA FRANCE

  COUDRAIS Louis Marie né le 9 septembre 1882 à Bélligné (Loire-Atlantique) Brigadier
                                   tué à l'ennemi le 1 avril 1918 à Le Ployron (Oise)

  MARTIN Victor Henri Émilien né le 7 juillet 1888 à Rocheservière (Vendée) blessé et évacué
                                   mort le 1 avril 1918 à l' Hôpital d'Ognon (Oise)

  BOISSON Alphonse Léon né le 25 juillet 1890 à Rosnay (Vendée) blessé et évacué
                                   mort le 2 avril 1918 à l'Hôpital 16 de Beauvais (Oise)

  BARACH Charles né le 15 janvier 1890 à Plouray (Morbihan) canonnier, blessé,
                                    mort le 4 avril 1918 à l'Ambulance 16/9 à Estrées-St-Denis (Oise)

  KERVODAN Joseph Thomas né le 21 juillet 1889 à Douarnenez (Finistère) blessé et évacué,    
                                   mort le 14 avril 1918 à l'Hôpital 2 de Tours (Indre-et-Loire)  

  LEMAY Vincent Louis Marie né le 11 mai 1893 à Moréac (Morbihan) blessé et évacué,
                                   mort le 30 avril 1918 à l'Ambulance 15/9 à Estrées-St-Denis (Oise)

  BOIDIN François Louis Joseph né le 25 août 1875 à Annequin (Pas-de-Calais) conducteur mobilisé au 27e R.A.C, passé au 35e R.A.C le 22 octobre 1914,renvoyé aux mines de Béthune  pour cause maladie aggravée non imputable au service, mort le 16 avril 1918 à Abbeville (Somme) Non déclaré mort pour la France.

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 404
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Jeu 17 Mai - 7:00



Journal de la 2e batterie

1 mai 1918 " Même position."
2, 3 mai 1918 " Même position."
4 mai 1918 " Réglage sur Ecouffaux, de la position 30.06."

Journal de la 3e batterie

1 mai 1918 " R.d.N."
2 mai 1918 " R.d.N."
3 mai 1918 " La batterie est l'objet d'un réglage ennemi, par avion, 240 coups de 210.
Résultat; démolition de la cuisine des hommes, et de l'abri des brancardiers.
Le réglage et le tir d'efficacité dureront de 8h45 à 17h30."
4 mai 1918 "R.d.N."

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 404
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Jeu 17 Mai - 7:01


Par LANG

La 3ème batterie, presque 9 heures sous les obus (et peut-être de bombes d'avions) !
Mieux valait être loin des cuisines et pas dans l'abri des brancardiers...
Ci-dessous, bombardier allemand en train d'être chargé.


_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 404
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Jeu 17 Mai - 7:02



Merci Lang pour ce document.


Journal de la 2e batterie

5 mai 1918 " Reconnaissance d'une position de repli."
6 mai 1918 " Départ des travailleurs pour la position de repli.
Visite du général Renouard, des lieutenant-colonels Julliard et Chanson."

Journal de la 3e batterie

5 mai 1918 " Vérification des barrages."
6 mai 1918 " Visite, à 8h15, du général Renouard, cdt la 22e D.I."

NB. Pour le moment, je ne puis aller plus en avant, le site Mémoire des hommes
est inaccessible. Désolé (très)
Ne pas répondre à ce NB, je vais l'effacer si tout s'arrange . Merci

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 404
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Jeu 17 Mai - 7:03



Alors, à ce jour, 8 mai, toujours pas d'accès au site, mais j'ai au moins une réponse.




_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 404
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 9 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum