C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 10 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Sam 4 Aoû - 20:50

Le nom du capitaine Chalumeau était aussi prédestiné pour " allumer " les Boches que celui du Colonel Mc Mahon pour faire une carrière politique après la guerre ( comme le nôtre ).

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 459
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Dim 5 Aoû - 11:36

Journal du 1er groupe
5 août 1918 " Journée et nuit calmes."
6 août 1918 " Journée et nuit calmes."
7 août 1918 " Journée calme."
8 août 1918 " Journée et nuit calmes."


  Journal du 3e groupe
5 août 1918 " Reconnaissance d'observatoires (Eperon, Martin, Rogelet, 73, R54, Ruines de Freundstein,
                    Kohlsberg on Hoff (?), R46, Bridoux, Discornes), pour la défense de la position de résistance."
6 au 23 août 1918 " Rien à signaler, à part des recherches de positions de renforcement ou de repli.
                             Ligne de repli; bretelle de Moosch. Positions dans la région, à l'Ouest de Moosch , jusqu'à 
                             Oderen et  (?)    .  S/lt Cuer passe à l'EM III/35."








Petit rajout d'après le JMO de la 9e batterie


    Journal de la 9e batterie
5 août 1918 " Bombardement par obus de 15, 11 heures à 18 heures, sur la route de Willer et lisière du bois, 
                    500 mètres Est de la batterie."
6 août 1918 " Reconnaissance de position de repli par le lieutenant Court, vers Mitzach."
7 août 1918 " Reconnaissance de position de repli, aux environs de la Côte 998, par le lieutenant Cuer.
                    Reçu du P.A.D 1152 obus à balles."
                   

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 459
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Lun 6 Aoû - 1:00

"...Reçu du P.A.D 1152 obus à balles."

Les obus à balles constituaient en 1914 les munitions principales de l'artillerie de campagne. Destinés à exploser au-dessus des formations ennemies par l'usage d'un mécanisme de mise à feu spécifique (fusée à temps) , ils dispersaient une gerbe mortelle de fragments et de balles tout en produisant un nuage de fumée qui permettait aux artilleurs de régler leur tir.
On distinguait principalement en 1914 deux types d'obus à balles : les obus à mitraille, et les obus à charge arrière, plus modernes.
La plupart de ces munitions et leurs fusées (à temps) associées avaient quasiment disparu des champs de bataille à la fin du conflit. Elles furent remplacées par des obus explosifs avec fusée instantanée, plus simples à fabriquer, ne nécessitant pas de réglage par des canonniers de moins en moins expérimentés, et bien plus efficaces en particulier contre des troupes faiblement retranchées.

Les obus à mitraille équipaient encore les vieux canons de Bange de 80, 90, 95, 120 et 155 mm en 1916.
Composés d'un épais culot en acier dans lequel des logements de balles ont été usinés, sur lequel reposait un empilage de galettes alvéolées en fonte et fragilisées pour une meilleure fragmentation, et de billes en plomb, surmonté d'une tête-ogive creuse comprenant la charge explosive reliée à la fusée, le tout était serti dans une enveloppe en acier de fine épaisseur, embouti.


Le choc du départ fragmentait les plateaux de fonte, et l'explosion en plein vol de la charge d'ogive disloquait la fine enveloppe, dispersant les fins morceaux de fonte et les balles en plomb dans toutes les directions, mais en faible nombre, avec une vitesse relativement faible et un nuage d'éclatement peu visible. Seule la bonne compacité de l'ensemble était un avantage et faisait aussi de ce projectile une arme convenable par sa simple inertie pour la destruction d'abris non renforcés.

Les obus à charge arrière agissaient comme de véritables canons volants. La même organisation générale avait été adoptée par tous les belligérants. Par exemple, dans le cas de l'obus à balles du canon Français de 75 (7.240 kg), le corps d'obus était réalisé en une seule pièce d'acier embouti, cylindrique. Sa base comportait des parois plus épaisses pour accueillir la chambre à poudre arrière dans le culot (100 g de poudre noire).


Cette chambre était fermée par un diaphragme inférieur en acier, au dessus duquel étaient placées les 250 balles en plomb durci à l'antimoine, prisonnières d'une résine spéciale (colophane) pour une bonne fixité. Un diaphragme supérieur en acier fermait le cylindre, sur lequel était vissée l'ogive portant la fusée. Un tube en acier doux traversait l'obus de part en part suivant son axe, mettant en communication la queue de la fusée (par une sorte d'entonnoir appelée 'Tulipe') et la chambre à poudre du culot.
Lorsque la fusée commandait, en plein vol, l'explosion de l'obus, le tube central communiquait l'impulsion à la charge arrière qui, explosant, faisait sauter l'ogive, et poussait violemment sur le diaphragme, propulsant les balles vers l'avant, avec une vitesse supérieure à celle de l'obus. La gerbe de balles était donc ellipsoïdale, arrosant une zone de près de 300 m de long sur 25 m de large.
[i]La combustion de la résine au moment de l'explosion de l'obus en vol produisait un nuage bien visible qui permettait aux artilleurs de régler leur tir en pointage et en portée.[/i]


Munition classique de l'artillerie de campagne en 1914 mais peu adaptés à la guerre de positions, les obus à balles furent de plus en plus souvent remplacés par les obus explosifs équipés de fusées spécifiques. Ils disparurent des arsenaux entre les deux guerres mondiales.
(Site passsioncompassion1418)

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 459
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Jeu 9 Aoû - 2:03

Nos chers artilleurs du 35e R.A.C savent ils que leur ancien chef de corps (colonel Foch) est maintenant Maréchal ?

Journal du 1er groupe

9 août 1918 " Même situation. A 23h27, bombardement ennemi et rafales de mitrailleuses sur l'Hilsenfirst.
                    A 23h39, le P.O Pelin signale une fusée de barrage, tirée du Bois en Brosse. Le barrage se déclenche
                    immédiatement. A 23h51, sur le vu d'une nouvelle fusée, une seconde reprise de barrage est déclenchée.
                    A 23h58, le P.C Colette signale un violent bombardement par bombes, vers le point 2275.
                    A 00h05, une fusée de barrage est à nouveau lancée et un nouveau tir est exécuté.
                    A 00h40, le secteur est redevenu calme."
10 août 1918 " Même situation. Même mission."
11 août 1918 " Journée calme."
12 août 1918 " Rien à signaler, en dehors d'un bombardement de la 1ère batterie de 16h30 à 20h, par 300 à 400 coups
                     de 77 allongés ou 105.  Pas de dégât." 


  En cherchant un peu plus dans les JMO du 35e R.A.C, on y trouve un fait un peu particulier.
  C'est dans celui de la 7e batterie (3e groupe). Le voici

    Journal de la 7e batterie
11 août 1918 " Concours hippique de la Division à Wesserling".

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 459
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Jeu 9 Aoû - 17:49



Un envoi de LANG

11 août 1918 " Concours hippique de la Division à Wesserling".


(You Tube)

Remarque : non, il ne s'agit pas du concours hippique (je n'ai rien trouvé). C'est la revue des troupes américaines au moment de leur installation dans le secteur de Wesserling entre le 20 et le 26 juillet 1918. Mais le concours hippique a peut-être eu lieu au même endroit quinze jours plus tard...

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 459
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Lun 13 Aoû - 13:32

Journal du 1er groupe

13 août 1918 " Journée calme. A 20h38, le chef du Bataillon Colette demande le barrage. Le tir est immédiatement
déclenché. Une enquête faite ultérieurement, a fait connaître que cette demande de barrage est en
réalité une méprise, résultant de la non compréhension d'un téléphoniste américain et d'un téléphoniste
français. L' ennemi, inquiété par ce tir de barrage, lance des fusées de teinte rouge orangé, qui sont
prises par les guetteurs des batteries, pour des fusées françaises, ce qui entraîne le déclenchement du
barrage sur tout le front de l'Hilsenfirst.
Renseignement pris, le capitaine Chalumeau donne l'ordre de cesser le feu, malgré les fusées.
Le tir français est, d'ailleurs, suivi d'un assez violent bombardement ennemi sur tout le Front."
14 août 1918 " Journée calme. A 18h50, un réglage ennemi, par coups fusants hauts, est exécuté au dessus de la région
Lauchen-Kopf, Camp Larchey.
Une douzaine d'obus à balles sont tirés. Ce tir est suivi d'un tir violent, à obus explosifs percutants, sur
la 3e batterie."

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 459
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Lun 13 Aoû - 13:33


Un envoi de Tailliez

Tiens revoila le capitaine Chalumeau ( quelle tête de lard ce Dupré ).
C’est très bien. Je suis monté en ligne ce matin au poste d’observation. Tout est calme. Le capitaine Chalumeau m’a dit qu’il me désignerait bientôt pour aller suivre un cours d’officier à Fontainebleau. J’ai refusé. Le capitaine s’est fâché. Vous avez déjà refusé une fois. C’est bien. Mais maintenant, je vous désigne, vous êtes apte à faire un officier ». Dupré écrit encore : » Non je ne veux pas quitter mes camarades. Je suis bien comme je suis. Ah! Là là! Quelle barbe! Je lui en veux au capitaine Chalumeau, Je ne veux pas quitter la batterie. Alors si je vais à Fontainebleau et que je suis officier, je changerai de régiment? Ah non! J’ai le cafard. Ça va très mal ».

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 459
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Lun 13 Aoû - 18:28

"cette demande de barrage est en  réalité une méprise, résultant de la non compréhension d'un téléphoniste américain et d'un téléphoniste français.
L' ennemi, inquiété par ce tir de barrage, lance des fusées de teinte rouge orangé, qui sont prises par les guetteurs des batteries, pour des fusées françaises, ce qui entraîne le déclenchement du barrage sur tout le front de l'Hilsenfirst
."

Si j'en crois tailliez, Dupré est guetteur de batterie !
Je crois bien avoir trouvé sa trace...


_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 459
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Jeu 16 Aoû - 9:43

Journal du 1er groupe

15 août 1918 " Journée et nuit calmes. Un message, capté par un poste téléphonique français, semble indiquer
                      que l'ennemi prépare un tir important, par mortiers de tranchée.
                      Quelques obus ennemis vers la 1ère batterie."
16 août 1918 " Journée et nuit calmes."
17 août 1918 " Même situation. L' aspirant Perricoud est classé à la 3e batterie."
18 août 1918 " Même situation. Journée et nuit calmes."


   Journal de la 1ère C.R du 35e R.A.C

Resumé: La 1ère Colonne de Ravitaillement entre en Alsace par le Col d'Oderen et prends son cantonnement
              dans le village de Krüth. L'unité est logée dans les baraquements du Camp Lamirault, au nord du village.
              Elle est au service du 1er groupe, dans le secteur de l'Hilsenfirst.


   Journal de la 1ère batterie (3e groupe)

16 août 1918 " Tir d'instruction avec une pièce de la position 4187 sur la carrière 9294, en O.E fusants et O.B 150. E
                       90. B."
17 août 1918 " R.a.S."
18 août 1918 " Arrivée à la batterie de l'aspirant Le Duigou.
                      A 16h, réglage en O.E fusants sur l'observatoire Ablas, 15 O.E."
.

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 459
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Jeu 16 Aoû - 12:14

Un envoi de Lang


"La 1ère Colonne de Ravitaillement entre en Alsace par le Col d'Oderen et prends son cantonnement dans le village de Krüth."

Krüth, un village où parfois il y a du passage...

Son église et ses militaires.



Le général Pershing est venu y faire une petite visite, mais je n'ai pas la date.




_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 459
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 Hier à 11:45

Le petit village de Kruth a du être très honoré de cette visite. Pensez donc, un grand général américain dans nos murs.
  Cela démontre bien le fabuleux renfort  que les Etats-unis nous ont apporté.
  Merci Lang pour ces recherches.


  Journal du 1er groupe


19 août 1918 " Même situation. Mêmes missions. Journée calme."
20 août 1918 " Même situation. Journée calme."
21 août 1918 " Sans changement. Nuit et journée calmes."
22 août 1918 " Journée calme. A 20h52, l'Infanterie américaine du s/secteur D demande un barrage spécial sur la ligne
                     25.77 - 27.77. Un tir de 36 coups est exécuté sur cet endroit par la 8e batterie.
                     A 21h50, un nouveau tir est demandé sur la ligne 30.77 - 33.73, dans la même région nord de la Lauch.
                     Renseignements pris, ce serait des M.W légers qui, de cet emplacement, tireraient sur nos tranchées.
                     Un tir de 60 coups est exécuté par la 8e batterie du 2e de Montagne, par rafales violentes, de neutralisation,
                     pendant deux heures."


  Journal du 2e groupe


20 août 1918 " De 3h à 5h, violent bombardement ennemi sur l'Hartmannswillerkopf, suivi d'un coup de main sur le
                     G.C Escolières (cer 71.68)."
21 août 1918 " Violent bombardement ennemi sur les arrières, notamment sur le Camp Wagram, en cer 37.73, de 23h à 4h."
22 août 1918 " Violent bombardement ennemi sur les arrières."


_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 459
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 Hier à 11:46



Un envoi de LANG

"Renseignements pris, ce serait des M.W légers qui, de cet emplacement, tireraient sur nos tranchées."

Minen Werfer léger
Calibre 91 mm, portée 75 à 450 mètres.





_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 459
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum