C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 11 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11

Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Dim 7 Oct - 8:56


La carte est précise, mais il me faut faire remarquer qu'elle est actuelle, par rapport au nom de Sommepy - Tahure.
Tahure étant déclaré village totalement détruit au cours de ce conflit, où le 35 s'est battu en septembre 1915.
Ainsi, pour conserver la mémoire du nom Tahure, il a été décidé de l'adjoindre à Somme-Py.(Ouest de Tahure).



Journal du 1er groupe

6 octobre 1918 " De 7h à 8h, notre infanterie, fortement contre attaquée, demande, à plusieurs reprises,
                        le barrage par T.P.S. Les ordres sont donnés  au groupe par le lt-colonel.
                        A 8h30, on apprend que l'infanterie a du évacuer les tranchées de Bras et de Marre.
                        Le barrage est installé sur ces tranchées, à partir de 10h, le 19eR.I passe en réserve, et le
                        groupement I/35 et II/35, cesse d'être d'appui direct = aucun tir ne doit être exécuté sans
                        ordre du lt-colonel.
                        A 12h40, ordre de tirer sur le système des tranchées, au Nord de la tranchée de Marre, mais
                        à 12h50, contre-ordre est donné, et le tir n'est pas exécuté.
                        Le 19e R.I est repassé en 1ère ligne à partir de 12h. La zone de ce régiment est répartie entre
                        les batteries; 3e Bie, du méridien 262 au méridien 262,4
                                            2e Bie,    "   "   "   " 262,4  " " " " "    262,9
                                            1ère Bie  en superposition.
                        A 14h30, ordre d'exécuter un tir au Nord des tr de Bras et de Marre (16.46 à 30.50) pendant
                        20 minutes, puis allonger le tir par bonds de 100m en 2 minutes, pendant 10 autres minutes
                        Le tir est exécuté par la 2e batterie.
                        Vers 15h30, quelques obus tombent sur les batteries. Un tué (Cabon) et 3 blessés à la 3e Bie.
                        Le barrage est établi au delà des tr de Bras et de Marre que nous occupons.
                        A 18h10, une pièce éclate à la 3e Bie, blessant 6 hommes."

7 octobre 1918 " A 14h30, un obus est tombé à l'Echelon, tue un homme (Moreau à la 3e Bie), et en blesse
                       un autre . A 12h, le 19e R.I se porte à l'attaque de la ligne 20.56 - 29.57.
                       De 11h30 à 12h, un tir de ratissage est exécuté sur une profondeur de 500m, à partir de la
                       ligne de barrage, et en particulier, une section est mise sur des mitrailleuses 2555 et 3555,
                       signalés par l'infanterie.  
                       A 12h, le tir se déplace en barrage roulant pour se fixer à 200m  au delà de l'objectif.
                       A 16h, le lt-colonel  fait savoir que le bataillon a progressé d'une centaine de mètres dans la
                       direction du méridien 262, et se trouve découvert à droite et à gauche, le 118e R.I à droite,
                       ayant un peu moins avancé, et le 265e R.I à gauche, n'ayant pas bougé.
                       Les batteries proposent un barrage sur le front 16.45 à 30.50.
                       De plus, un barrage éventuel est préparé dans la crainte d'une contre attaque sur St Etienne
                       à Arnes, sur le front 43.48 - 50.48. Ce barrage éventuel est modifié à 16h25 et placé sur le
                       front 16.45 à 24.48."


  Journal du 2e groupe

(pas de 6 octobre)
7 octobre 1918 " Le II/35 reçoit l'ordre d'appuyer le 19e R.I qui attaque.
                        1er objectif: lisière nord des bois qui séparent la vallée de l'Arnes de la grande clairère
                                          Marchault - Cauroy.
                        2e objectif: Cauroy et la route Cauroy - La Neuville.
                        L'infanterie progresse mais n'atteint pas tout à fait l'objectif  H = 5h15.
                        A 14h, le groupe reçoit une mission de barrage.
                        Rien à signaler pendant la nuit."


  Journal du 3e groupe

6 octobre 1918 " Les tirs donnés la veille sont exécutés sans succès.
                        13h30, bombardement violent de St Etienne à Arnes par l'ennemi. Contre attaque allemande
                        se déclenche sur ce village. Le III/35 renforce le groupe du 26 qui battra devant St Etienne.
                        15h, l'infanterie qui occupait  ce village (62eR.I) se reporte en avant, aux lisières sud du
                        village. L'attaque ennemie est enrayée. Le bataillon Linou, du 118e R.I, que le III/35 appuie,
                        doit se porter en avant. En conséquence, des tirs sont préparés.
                        Par suite de la situation du 62, à la droite, le colonel Deschamps donne l'ordre au commandant
                        Linou, d'arrêter la progression en avant de la tr de Marre.
                        20h, reçu mission barrage sur tr de Marre: 7e, 100m/m à gauche du repère du chef d'escadron,
                        8e, de 100m/m à 200m à gauche du repère, 9e, du repère à 110m/m à droite."

7 octobre 1918 " 2h, les tirs suivants sont effectués de 3h45 à 6h; 1 coup p p m dans la zone de barrage.
                        6h , 2 coups p p m en faisant des bonds successifs habituels (100m en 4').
                        4h30, halte au feu, attente de nouveaux ordres.
                        20h, reçu nouveau barrage devant tr de Marre (de 31.48 à 24.48)."

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 508
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Dim 7 Oct - 17:34

Oui, Briselance Tahure n’est plus (j’ai corrigé la carte).


(Wikipédia)

« Le 19e R.I est repassé en 1ère ligne à partir de 12h. La zone de ce régiment est répartie entre
                        les batteries »

le 19ème RI est remis à contribution… et 3 batteries sont "mises à son service".

« ...puis allonger le tir par bonds de 100m en 2 minutes, pendant 10 autres minutes... »

Le 2ème groupe règle ses tirs en fonction des 2 objectifs indiqués...

"7 octobre 1918 " Le II/35 reçoit l'ordre d'appuyer le 19e R.I qui attaque.
                        1er objectif: lisière nord des bois qui séparent la vallée de l'Arnes de la grande clairère
                                          Marchault - Cauroy.
                        2e objectif: Cauroy et la route Cauroy - La Neuville.
"


De son côté l'ennemi ayant attaqué à Saint Etienne à Arnes, le 3ème groupe intervient pour la contre-attaque du 62ème RI .



(On peut voir à droite la ligne de front de la division US au 7 octobre 1918)

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 508
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Lun 8 Oct - 7:38



Journal du 1er groupe

8 octobre 1918 " Pendant la nuit, la 7e D.I a relevé la 22e D.I, et le groupe a une mission d'appui du 103e R.I.
                        Ce régiment se porte à l'attaque, à 5h, appuyé par des chars d'assaut, dans la direction de
                        Ville sur Retourne, avec comme objectifs:
                           1°, la lisière Nord des bois qui séparent la Vallée de l'Arnes de la clairière Marchault - Cauroy.
                           2°, Cauroy et la route de Cauroy à La Neuville-en-Tourne-à-Fuy.
                           Ultérieurement: La Retourne.
                         Les limites d'action sont à l' Ouest; le pont sur l'Arnes, à 500m Est de St Pierre - le point 20.60,
                         le bois 21.70, le pont sur la Retourne, 500m à l'Est de Ville sur Retourne, à l' Est du méridien 262,6.
                         De 4h45 à 5h, un tir est exécuté pour couvrir le bruit fait par la mise en place des chars d'assaut,
                         sur les lisières sud des bois, entre les parallèles 285 et 286.
                         De 4h55 à 5h, les batteries se fixent sur le barrage fixe de 20.47 à 26.50, puis de 5h à 5h15, un
                         barrage de concentration de 20.54 à 26.57.
                         A 5h15, cette concentration est reportée sur la ligne 20.56 - 26.67, où le tir est maintenu jusqu'à
                         5h35. De 5h35 à 7h35, les Bies exécutent un barrage lent en avant du 1er objectif.
                         Dès 5h30, le chef d'escadron part en reconnaissance, pour chercher une position en vue de l'appui
                         sur l'attaque du 2e objectif qui devait avoir lieu à 7h.
                         A 8h, le lt-colonel donne l'ordre de porter une Bie en avant. La 2e Bie commence son mouvement,
                         mais, contre-ordre est donné, à cause de la difficulté de passer les ponts de l'Arnes, battus par des
                         mitrailleuses, de la gauche.
                         Le P.C est réinstallé à Petersberg. A 9h50, on apprend que le bataillon du 103e R.I a progressé et
                         se trouve en flèche, à 800m, le 265e R.I n'ayant pas bougé, à gauche.
                         Les Bies reprennent leur mission de barrage, au delà du 1er objectif.
                         A 11h25, on apprend, par téléphone, que le front du 103e R.I a été pilonné sur la ligne suivante:
                         14.51 - 17.56 - 20.60 - 23.63, terrain d'exercice.
                         Les Bies s'établissent en barrage entre 20.60 et 23.63, à 200m au Nord de cette ligne.
                         A 17h, le barrage est demandé par fusée, à deux reprises différentes et exécuté aussitôt.
                         A partir de 21h, des harcèlements sont exécutés par la 2e Bie, sur la zone d'abris 36.70."

9 octobre 1918 " A 4h, l'infanterie demande le barrage, par fusées. Le tir est déclenché aussitôt.
                       Le lt-colonel donne l'ordre de faire 10 min de barrage, puis de continuer à cadence lente  avec
                       rafales plus rapides. Le calme est rétabli à 4h30.
                       A 10h, le 103e R.I reprend l'attaque, appuyé par les autres régiments de la 7e D.I à sa droite.
                       De 9h55 à 10h, les batteries doivent exécuter un barrage fixe à 250m en avant de la ligne
                       d'infanterie jalonnée la veille à midi.
                       Dans le but d'ajuster ce tir en plus fin, un contrôle de tir est demandé au DL. Le chef de bataillon
                       fait savoir qu'il est dangereux de tirer au sud du parallèle 287.
                       Ce renseignement était en contradiction avec le jalonnement donné, confirmation est demandée.
                       Le lt-colonel envoie le front exact au 103e et change le barrage initial, ainsi que la première
                       concentration prévue. Les batteries exécutent les tirs ainsi modifiés.
                       De 9h55 à 10h, barrage sur le front 26.69 à 20.69.
                       De 10h à 10h05, concentration sur le Méridien 287,2 de 26.72 à 20.72.
                       A 10h30, le s/lt Seité part en reconnaissance et à 11H15, il avertit que la situation est inchangée
                       sur la gauche et qu'il n'est pas possible de se porter au Nord de l'Arnes.
                       A 12h15, le lt-colonel fait connaître que le 103e a atteint le parallèle 287. Les Bies sont installées
                       en barrage à 300m au Nord. Vers 17h, quelques coups de harcèlement sur les batteries =
                       un homme blessé mortellement (Lozach, 3e batterie canonnier cycliste)."


Dernière édition par briselance13 le Lun 8 Oct - 7:43, édité 1 fois

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 508
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Lun 8 Oct - 7:42


Journal du 2e groupe

8 octobre 1918 " Le II/35 reçoit l'ordre d'appuyer le 103e R.I, qui a pour mission de prendre le premier objectif
fixé le 7 octobre. La Division de gauche, 265e R.I n'ayant pas bougé, l'attaque ne peut pas
progresser. Le groupe reçoit l'ordre une mission de barrage.
A 17 heures, le groupe déclenche le barrage sur vues de fusées.
Félicitations à l'Artillerie, du colonel du 103e R.I, pour la promptitude du tir et son efficacité."
9 octobre 1918 " A 5h, forte attaque allemande qui est repoussée par le feu violent des mitrailleuses de l'artillerie
Le II/35 fait barrage.
A 5h30, le II/35 reçoit l'ordre d'appuyer le 103e R.I qui attaque sur les mêmes objectifs.
Ligne avancée H = 10h.
A 21h, le II/35 reçoit une mission de barrage."

Journal du 3e groupe

8 octobre 1918 " 2h20, reçu ordre d'opération. La 7e D.I attaquera le 8 oct, dans la région de Ville sur Retourne.
Objectifs; 1° lisières Nord des bois qui séparent la vallée de l'Arnes de la Grande Clairière
Marchault - Cauroy.
2° Cauroy et la route de Cauroy à La Neuville-à-Tourne-à-Fuy.
Objectif ultérieur; la Retourne.

Groupement Brun; 1/26 et III/35 Plan d'emploi; Tirs destinés à masquer le bruit des chars
d'assaut pendant leur mise en place. Durée 1 heure.
Objectifs; toutes les lisières sud des bois situés entre les parallèles 285 et 286, chaque groupe
dans sa zone. Consommation; 1 coup par batterie par minute.
Déclenchement, heure fixée par téléphone.
Préparation A.C; de H -5 à H barrage fixe à 250m devant la ligne d'infanterie.
Cadence; 4 coups p p m.
1° attaque du 1er objectif; tirs en fumigènes de H à H+5', barrage en fumigènes de 32.52 à
39.48 (1/26), de H +5' à H + 15', barrage en fumigènes de 31.55 à 38.52 (III/35).
Cadence; 4 coups p p m.
Concentration sur la ligne 20.65 à 36.70
Barrage devant 1er objectif; de H + 35 à H 1h, barrage sur le ligne 20.70 à 35.75.
Cadence; 1 coup p p m.
De H + 1H à H'; barrage sur même ligne, cadence; 1 coup par batterie, par minute.
2° attaque sur 2e objectif; tirs en fumigènes de H - 5 à H + 10', barrage devant Cauroy, sur le
parallèle 288. Cadence; 3 coups p p m.
Concentration lisières sud de Cauroy - Groupement Brun. Cadence; 1 coup p p m.
Barrage devant 2e objectif; de H + 10' à H + 30', sur ligne 20.83 - 28.83 - 36.27.
Cadence; 1 coup p p m.
Appui de l'Artillerie du 11e Corps; H - 30' à H, tir sur Cauroy et abords.
H à H + 1H, tirs d'aveuglement des observateurs en lisières sud des bois, compris entre les
parallèles 290 et 291. H = 5h15' H sera fixée ultérieurement.

signé; de Beauvais.

Déplacement des batteries, dès que le 2e objectif sera atteint, les IIe et IIIe groupes du 35
exécuteront des reconnaissances au N de l'Arnes, et à hauteur du parallèle 285.
L'attaque a échoué."

9 octobre 1918 " L'attaque est reprise à H = 10h, dans les mêmes conditions que la veille, et aboutit au même
résultat. Tirs de harcèlement pendant la nuit sur pistes et routes aboutissant à Cauroy."

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 508
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Lun 8 Oct - 17:17



Les 8 et 9 octobre on reste dans le même secteur.
Le 265ème RI reprend les objectifs du 19ème.

Le 1er Groupe et 2ème Groupe du 35ème RAC sont en appui du 103ème RI.
Ce 103ème RI qui avance un peu plus vite que le 265ème.
"...on apprend que le bataillon du 103e R.I a progressé et
                         se trouve en flèche, à 800m, le 265e R.I n'ayant pas bougé, à gauche..
."



« Le 8 octobre, le 103ème RI  attaque impétueusement devant Saint-Pierre-à-Arnes. Malgré la violence du tir des mitrailleuses ennemies, il progresse hardiment et parvient à s’établir en flèche à plus de deux kilomètres 500 dans la ligne ennemie. Toutes ses compagnies sont en ligne. Il n’a plus de réserve ; il est presque encerclé par l’ennemi qui contre-attaque sans cesse. Pas un instant l’idée ne vient à aucun de ses braves de se replier…
…A la suite des opérations de septembre et octobre 1918, le 103e a obtenu une 2e citation à l’Ordre de l’Armée et a été autorisé à porter la fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre.
»
(Extrait de : Campagne 1914 – 1918 - Historique du 103e Régiment d’Infanterie B. D. I. C. - Droits : Domaine public - Transcription intégrale : P. Chagnoux – 2015)
------------------------------------------------------
1er Groupe 8 octobre :
"...un tir est exécuté pour couvrir le bruit fait par la mise en place des chars d'assaut..." c'est vrai, ce sont des engins qui font du bruit...

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 508
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Mer 10 Oct - 13:08



En parallèle avec les Armées Françaises, les Divisions américaines avaient bien compris cette guerre, sur le terrain et 
furent d'une aide phénoménale. Mais il est intéressant de connaître ceci; l'histoire des " code talkers" (qui parle le code).
JOSEPH OKLAHOMBI né le 1er mai 1895 en Oklahoma, engagé en 1917 au 141e Régiment d'infanterie (36e Division).
En octobre 1918, au sein de la 2ème Armée US, engagée en Champagne, près de la 22ème D.I française, ce pourquoi 
j'en viens à en parler. Donc à cette date, Joseph, natif de la tribu des Choctaws, était à St Etienne à Arnes, lors de la
bataille de Blanc-Mont et c'est là qu'il s' est particulièrement distingué, alors qu'avec une section, il permet  la capture 
d'un nid de mitrailleuses et de mortiers de tranchée, qu'il retournait sur les Allemands , ramenant 171 prisonniers.
Joseph Oklahombi a été récompensé par la Croix de Guerre remise par le général Pétain en personne.
Le général Pershing lui a remis la Silver Star.

Il est décédé suite à un accident, le 13 avril 1960.



On savait que les Navajos avaient utilisé leur langage pour tromper les japonais, dans la guerre du Pacifique, mais 
moins que d' autres tribus, lors de la Première Guerre Mondiale. Donc les Choctaws en Meuse-Argonne et en Champagne,
en octobre 1918 et  depuis septembre 1918 avec les Cherockees, dans la Somme, au sein de la 30e D.I US, sous 
commandement britannique.
Moralité : on a souvent besoin d'un plus petit que soi. Respect messieurs les Indiens d'Amérique.

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 508
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Mer 10 Oct - 13:09


Journal du 1er groupe

10 octobre 1918 " A 9h30, la 7e D.I se reporte à l'attaque.
                          De 9h20 à 9h30, barrage fixe à 250m en avant de la ligne d'infanterie.
                          De 9h30 à 9h55, les Bies font barrage devant l'objectif, sur le parallèle 287,2.
                          A 12h, on apprend que l'infanterie n'a pu progresser, le 265 n'ayant  pas avancé.
                          Journée calme, sauf un tir de harcèlement vers 12h, sur la zone des batteries.
                          Les observateurs signalent de nombreux incendies dans les lignes ennemies.
                          Ces feux durent toute la nuit."
11 octobre 1918 " A 5h, la D.I envoie un ordre, annonçant que l'ennemi se replie vers le Nord.
                          Le déplacement du groupe est préparé. Le chef d'escadron part en reconnaissance
                          dans la direction de Cauroy, où passe l'axe de marche du 103e R.I.
                          La 1ère Bie est même en route, derrière les reconnaissances. Le 3e Echelon de la
                          reconnaissance et la 1ère Bie sont arrêtés par un ordre du lt-colonel, avant d'avoir
                          franchi l'Arnes. Le groupe est mis à la disposition de la 61e D.I.
                          A 12h, le groupe repart, et se rend en position de rassemblement à St Clément à Arnes.
                          Les Bies doivent relever le 1er groupe du 251e.
                          Le chef d'escadron part en reconnaissance à 17h, et les Bies se mettent en route à
                          17h30. Le groupe prend position à l'ouest de Cauroy, vers 14.22. Notre infanterie
                          est au contact de l'ennemi sur la Retourne"


     Journal du 2e groupe

10 octobre 1918 " A 6h30, le groupe reçoit l'ordre d'appuyer le 103e R.RI, qui doit attaquer à nouveau
                          les objectifs précédents. Les D.I voisines attaquent également pour arriver à hauteur
                          de la nôtre. H = 9h30.
                          14 heures, les 4e et 5e Bies subissent un tir de destruction par 105 et 210.
                          La 4e Bie perd un canon et 6 chevaux (80 coups environ)."
11 octobre 1918 " Le II/35 reçoit l'ordre de se porter à hauteur de St Clément à Arnes, à 13 heures.
                          Départ 13h30. Arrivée à 14h45. Le groupe se rassemble à proximité de St Clément,
                          sur la rive sud de l'Arnes. Le II/35 relève le 3e groupe du 251e R.A.C, en 05.84.
                          Le groupe reçoit une mission de barrage. Nuit calme."

  Journal du 3e groupe

10 octobre 1918 " Harcèlements. Le 7e D.I continue à attaquer. H = 9h30.
                          L'attaque échoue encore."
11 octobre 1918 " L'ennemi se replie vers le Nord. La 7e D.I progresse suivant l'axe  St Etienne
                          à Arnes - Ouest de Marchault , 1500m Est de Mont St Remy.
                                 1er objectif; route de Marchault - Neuville
                                 2e   "   "   "  Côte 119
                                 3e   "   "   "  lisières des bois N du parallèle 292
                                 4e   "   "   "  rive Nord de la Retourne.
                          La 8e Bie est désignée pour être détachée à la demande de l'infanterie.
                          Le III/35 fait toujours partie du Groupement Brun.
                          Départ en reconnaissance vers 9h. Mise en batterie au terrain d'exercice, vers 11h.
                          Le 1/26 nous relève de notre mission, vers 20h.
                          Mission; barrage entre la Retourne et le chemin à 2 traits, allant de Mont St Remy à
                          Ville sur Retourne."

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 508
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Mer 10 Oct - 21:10


Heureusement que les tuniques bleues n'avaient pas "éradiqués" tous les indiens...

"...à cette date, Joseph, natif de la tribu des Choctaws, était à St Etienne à Arnes, lors de la
bataille de Blanc-Mont et c'est là qu'il s' est particulièrement distingué, alors qu'avec une section, il permet  la capture  
d'un nid de mitrailleuses et de mortiers de tranchée, qu'il retournait sur les Allemands , ramenant 171 prisonniers.
Joseph Oklahombi a été récompensé par la Croix de Guerre remise par le général Pétain...
"

Quant au 35ème RAC, il est toujours sur la brèche :
3e groupe, le 11 octobre :
"Mission; barrage entre la Retourne et le chemin à 2 traits, allant de Mont St Remy à
                         Ville sur Retourne."


L'Arnes et la Retourne deux "ruisseaux" d'un "plat pays" que tout le monde a oublié aujourd'hui...

et Mont St Remy incendié le 9 octobre...



(Album mont st remyblog)

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 508
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Jeu 11 Oct - 12:44


Journal du 1er groupe
12 octobre 1918 " L'ennemi continue à battre en retraite. Les Bies, suivant de près les reconnaissances,
                           partent à 5h30, et sont arrêtées en position de rassemblement vers 26.02.
                           Le groupe va prendre position dans la clairière vers 25.17.
                           L'infanterie continue de progresser vers le Nord, et les Bies se portent en avant, en
                           position de rassemblement, au Sud de Pauvres, vers 42.35.
                           Les reconnaissances, au contact du bataillon de tête, continuent à progresser vers le Nord.
                           A 12h, les batteries sont amenées en position de rassemblement dans le ravin, à l'Ouest
                           du camp 43.63. L'infanterie continue à progresser avec précaution, des renseignements de
                           prisonniers indiquant que l'ennemi résistera jusqu'au Canal des Ardennes*.
                           Le groupe met en position à l'Ouest de Saulces-Champenoises, vers 58.97, et se tient prêt
                           à appuyer l'infanterie qui attaque le Ruisseau du Vivier.
                           L'infanterie a pris contact avec les arrières-gardes ennemies qui occupent la rive Nord du
                           Canal des Ardennes, sur le front de la D.I (entre la route Seuil - Coucy et le Méridien de la
                           Charité)**
13 octobre 1918 " A 5h30, le groupe est remplacé dans ses missions par le 28e R.A.C.***
                           A 6h, les batteries se mettent en route par Saulces-Champenoises, Mont St Remy, Pauvres,
                           Cauroy, et viennent bivouaquer au Camp Hansa-Lager****, au sud de la route Cauroy -
                           La Neuville-en-Tourne-à-Fuy."


         * Canal des Ardennes est parallèle au cours de l'Aisne, entre Rethel et Vouziers (dépt des Ardennes)
         ** 8 kilomètres à l'Est de Rethel.    *** On retrouve le 28 RAC régiment breton initialement du XIe C.A.
         **** Hansa-Lager; ancien camp allemand.


      Journal du 2e groupe
12 octobre 1918 " L'ennemi reculant, le II/35 reçoit l'ordre d'appuyer le 118e R.I, qui est chargé de conserver
                           le contact avec l'ennemi.
                           A 10h30, le II/35 est en position de rassemblement à Pauvres, en 39.37. Le commandant
                           étant parti en reconnaissance à 11H, le II/35 reçoit l'ordre de se porter en position de
                           rassemblement au bois 36.70, 1km 800 au N de Pauvres.
                           A 15h, le groupe se porte en avant, à hauteur  de Saulces-Champenoises. Les Bies prennent
                           position en 46.93. Le groupe reçoit une mission de barrage. Nuit calme."
13 octobre 1918 " A 4h, le commandant de groupe reçoit l'ordre de quitter le front. Le II/35 se porte dans le
                           camp qui se trouve au point 81.80, 2 km à l'Est de la Neuville-en-tourne-à-Fuy, où le régiment
                           se rassemble. Départ 5h30. Arrivée 10h30."
                          
                         
     Journal du 3e groupe
12 octobre 1918 " La retraite allemande se poursuit. Reconnaissance, départ à 8h.
                          Point de rassemblement au N de Mont St Remy, sur route Mont St Remy - Pauvres.
                          En route, le III/35 reçoit l'ordre de continuer la marche en avant.
                          Traversée de Pauvres. Point de rassemblement à 1500m environ, au N de Pauvres.
                          Arrivée vers 11h.
                          15h, le 1/26 nous relève. Nous cantonnons à Pauvres, où nous sommes en réserve."
13 octobre 1918 " Nous revenons sous les ordres du colonel Julliard.
                          4h, reçu ordre de relève. Départ de Pauvres 5h30, pour cantonner au pt 81.80, près
                          de Neuville-en-Tourne-à-Fuy. La 22e D.I se rassemble dans les environs de ce pt.
                          Chevaux et hommes sont logés dans des baraquements."


Sur cette carte datée du 13 octobre, nous y voyons; à gauche le 2e C.A Italien avec deux D.I, à droite, beaucoup de D.I U.S.
   Et au centre, secteur de la 4ème Armée du général Gouraud, face au Grp Langer, la 22e D.I, les 7e et 61e D.I pour lesquelles
   le 35 a appuyé les régiments d'infanterie.
   Principalement les Divisions américaines sont en Argonne, sauf les 36e et 2e D.I qui combattent aux côtés de la 22e française.
  


Un envoi de Lang
On avance, on avance...
Les journaux ne crient pas encore victoire mais on célèbre déjà nos alliés... Canadiens !



_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 508
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Dim 14 Oct - 19:19



Journal du 1er groupe

14 octobre 1918 " Repos au camp Hansa-Lager."
15 octobre 1918 " Départ à 10h45. Itinéraire; Hauviné, Bétheniville, St Hilaire le Petit, St Martin l'Heureux,
Dontrien, Vaudesincourt, Aubérive, Prosnes.
Bivouac au camp de la côte 167, à 2 km N.O de Baconnes."
16 octobre 1918 " Départ à 6h. Itinéraire; Mourmelon le Petit, Livry sur Vesle, Vaudemange.
Bivouac au Camp Bressieux, à 2 km à l'Ouest de Vaudemange."


Journal du 2e groupe

14 octobre 1918 " Repos. Demande de renforts."
15 octobre 1918 " Départ à 10h30. Itinéraire; Hauviné, Bétheniville, St Hilaire le Petit, Dontrien, Vaudesincourt,
Mourmelon le Grand. Arrivée à 18h30, au bivouac, compris entre les routes Prosnes - Baconnes
Gd route des Maruises et des routes Prosnes Sept Saulx et Baconnes Mourmelon le Petit."
16 octobre 1918 " Départ à 6 heures. Mourmelon le Petit, Livry sur Vesle, Billy le Grand.
Cantonnement au Camp Bressieux, entre Vaudemange et Trépail. Arrivée à 9h30.
Le T.R rejoint le groupe."

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 508
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 le Dim 14 Oct - 19:19


"Repos. Demande de renforts."

16 octobre 1918, c'est le moment de décrocher et de prendre du repos au sud-est de Reims...

"1er groupe
Bivouac au Camp Bressieux, à 2 km à l'Ouest de Vaudemange.
"




"2ème Groupe
Cantonnement au Camp Bressieux, entre Vaudemange et Trépail. Arrivée à 9h30
."





Et pour le front on en est où ?

Une sacrée avancée depuis le 25 septembre !


_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 508
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 Aujourd'hui à 7:18


Journal du 1er groupe
17 octobre 1918 " Repos au Camp Bressieux." (1ère Bie, le s/lt Coquerel part en permission)
                                                                  (3e Bie, les permissions ont repris le 15 octobre et
                                                                   atteignent le pourcentage de 23%)
18 octobre 1918 " Repos au Camp Bressieux." (2e Bie, du 17 au 24, revue, nettoyage, entretien des
                                                                  harnachements, matériel, et des chevaux.)
19, 20, 21, 22, 23 octobre 1918 " Repos au Camp Bressieux."
24 octobre 1918 " Repos au Camp Bressieux."


   Journal du 2e groupe
17 octobre 1918 " Repos".
18 octobre 1918 " Le s/lt Laygues, de l'E.M, est classé à la 3e Bie, le s/lt Cadet, de la 6e Bie est classé
                          à l'Etat-Major."
19, 20, 21,22 octobre 1918 " Cantonnement au Camp Bressieux."
23 octobre 1918 " Le Cdt Fischer va suivre les cours de tir des Cdts de groupe à Soudé Ste Croix (Marne).
                          Le capitaine Dourver prend le commandement du groupe."
24 octobre 1918 " Arrivée du s/lt Fabry à la 6e Bie."


   Journal du 3e groupe
17 octobre 1918 " Nettoyage du cantonnement. Repos." (9e Bie, le lt Richard part en permission de
                                                                                détente, 10 jours, le s/lt Porché prend le
                                                                                commandement de la 9e Bie).
18 au 24 octobre 1918 " R.A.S."


Extrait du JMO de la 9e batterie du 3e groupe.

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 508
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

Message par briselance13 Aujourd'hui à 20:13


Un envoi de LANG


du 17 au 24 octobre : Repos au Camp Bressieux.

...revue, nettoyage, entretien des harnachements, matériel, et des chevaux...
... à 19h30 Inspection par le vétérinaire... 2 chevaux évacués pour maigreur...
réveil à 7 pansage de 8 à 9 abreuvoir à 9h15 le soir à 16h...
à 10h touché 8 chevaux du 1er groupe (manquent 22 chevaux à l'effectif)...


Le repos c’est aussi celui des chevaux.  Ces chevaux au service des hommes…
Au tour des hommes de passer à leur service !

Des hommes au service des chevaux
(Un extrait d’un article du site : https://buclermont.hypotheses.org/1493)




…Au front, les chevaux vont connaître les mêmes souffrances que les hommes : le stress, la douleur, la fatigue, les blessures d’obus ou de balles, le froid, la saleté, la maladie et, parfois même la mort. Pourtant, dans un premier temps, les états-majors n’accordent que peu d’intérêt aux souffrances des chevaux. En effet, il existe alors l’image du cheval-machine, résistant et qui ne craint pas la douleur. En outre, il y a l’idée que la guerre sera courte et, qu’il n’est donc pas nécessaire de prendre soin des animaux puisque les effectifs de l’arrière seront suffisamment nombreux pour compenser les pertes du front.
L’installation de la guerre dans un temps long va changer la vision du conflit. Dès lors, la guerre devient d’usure et, pour la remporter, il convient de préserver ses forces, ses atouts dont les chevaux font partis. L’état-major français va alors mettre en place tout un groupe d’hommes au service du bien être et de la protection du cheval. Il s’agit non seulement de le soigner, mais aussi d’entretenir et de produire les différents équipements nécessaires à la bonne utilisation du cheval (fers, harnais, longes, selles…).
D’un point de vue vétérinaire, ce changement se manifeste par la mise à la disposition des chevaux d’hôpitaux à l’arrière du front. L’influence anglaise est ici très importante. Déjà au début du conflit, les anglais arrivèrent avec 18 000 vétérinaires tandis que les français n’en disposaient que de 3 200.
Par la suite, hôpitaux et associations civiles anglaises (la Croix-Bleue est la plus importante) vont fortement influencer les pratiques françaises afin d’améliorer les soins équestres. Cette débauche d’énergie, en homme et en argent, témoigne bien de l’importance du cheval dans l’armée française et prouve que la guerre ne peut être gagner qu’avec les chevaux.
Les chevaux ont joué pendant la Première Guerre mondiale un rôle de tout premier plan. Si la cavalerie s’est montrée inadaptée à la guerre de tranchée, les chevaux ont été des acteurs importants du ravitaillement et de la logistique. Ce rôle, ils l’ont payé lourdement. S’il est difficile de faire des estimations, il est établi que l’armée français a perdu 40 % de ses chevaux au cours de la guerre. La seule première journée de la bataille de la Somme s’est soldée par une perte de 7 000 chevaux pour les anglais, pourtant bien plus attentionnés que les français envers leurs animaux.
Ce conflit aura néanmoins eu le mérite de changer la perception du cheval par l’homme. Perçu comme une machine-vivante avant guerre, il retrouvera après guerre un statut d’être vivant, même s’il aura perdu sa place centrale dans la société au dépend des machines.
Julien ALLES, Master 2 Mondes Contemporain



Monument aux morts de Chipilly : A la 58ème Division Britanique « London Division ».  Le sculpteur (Henri-Désiré Gauquié) a mis en scène un artilleur britannique qui embrasse son cheval agonisant, dont il vient de retirer le harnachement.  (site monumentsmorts.univ-lille3)



Oui, ces anglais qui pensent à leurs chevaux…
Environ 120.000 chevaux furent décorés pour faits de guerre.
En novembre 2004, un monument fut érigé à Londres (Hyde Park) et inauguré par Son Altesse Royale la Princesse Anne en mémoire des chevaux morts et ayant servi sous commandement britannique.
Par Iridescenti , CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2920547

_________________
"Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
avatar
briselance13

Messages : 508
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 24
Localisation : Avignon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 11 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum