Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» 17 Décembre 1903
Aujourd'hui à 9:26 par musette tap

» bulletin janvier 2019 Chefs de section paras au feu
Hier à 19:12 par Invité

» Et s’il fallait sauter en région arctique…...
Hier à 18:40 par LANG

» Saint-Exupéry ou la noblesse du sacrifice
Hier à 18:27 par LANG

» C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)
Hier à 18:08 par LANG

»  Ernst Jünger
Hier à 16:53 par briselance13

» Le Général André BACH
Sam 15 Déc - 9:46 par locatelli

» 15 décembre 1916
Ven 14 Déc - 23:01 par VERT

» Monseigneur RAVEL
Ven 14 Déc - 17:45 par briselance13

Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 13 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 12 Invités :: 1 Moteur de recherche

    musette tap

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 29 le Lun 10 Déc - 16:15

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Page 11 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

    Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Dim 7 Oct - 8:56


    La carte est précise, mais il me faut faire remarquer qu'elle est actuelle, par rapport au nom de Sommepy - Tahure.
    Tahure étant déclaré village totalement détruit au cours de ce conflit, où le 35 s'est battu en septembre 1915.
    Ainsi, pour conserver la mémoire du nom Tahure, il a été décidé de l'adjoindre à Somme-Py.(Ouest de Tahure).



    Journal du 1er groupe

    6 octobre 1918 " De 7h à 8h, notre infanterie, fortement contre attaquée, demande, à plusieurs reprises,
                            le barrage par T.P.S. Les ordres sont donnés  au groupe par le lt-colonel.
                            A 8h30, on apprend que l'infanterie a du évacuer les tranchées de Bras et de Marre.
                            Le barrage est installé sur ces tranchées, à partir de 10h, le 19eR.I passe en réserve, et le
                            groupement I/35 et II/35, cesse d'être d'appui direct = aucun tir ne doit être exécuté sans
                            ordre du lt-colonel.
                            A 12h40, ordre de tirer sur le système des tranchées, au Nord de la tranchée de Marre, mais
                            à 12h50, contre-ordre est donné, et le tir n'est pas exécuté.
                            Le 19e R.I est repassé en 1ère ligne à partir de 12h. La zone de ce régiment est répartie entre
                            les batteries; 3e Bie, du méridien 262 au méridien 262,4
                                                2e Bie,    "   "   "   " 262,4  " " " " "    262,9
                                                1ère Bie  en superposition.
                            A 14h30, ordre d'exécuter un tir au Nord des tr de Bras et de Marre (16.46 à 30.50) pendant
                            20 minutes, puis allonger le tir par bonds de 100m en 2 minutes, pendant 10 autres minutes
                            Le tir est exécuté par la 2e batterie.
                            Vers 15h30, quelques obus tombent sur les batteries. Un tué (Cabon) et 3 blessés à la 3e Bie.
                            Le barrage est établi au delà des tr de Bras et de Marre que nous occupons.
                            A 18h10, une pièce éclate à la 3e Bie, blessant 6 hommes."

    7 octobre 1918 " A 14h30, un obus est tombé à l'Echelon, tue un homme (Moreau à la 3e Bie), et en blesse
                           un autre . A 12h, le 19e R.I se porte à l'attaque de la ligne 20.56 - 29.57.
                           De 11h30 à 12h, un tir de ratissage est exécuté sur une profondeur de 500m, à partir de la
                           ligne de barrage, et en particulier, une section est mise sur des mitrailleuses 2555 et 3555,
                           signalés par l'infanterie.  
                           A 12h, le tir se déplace en barrage roulant pour se fixer à 200m  au delà de l'objectif.
                           A 16h, le lt-colonel  fait savoir que le bataillon a progressé d'une centaine de mètres dans la
                           direction du méridien 262, et se trouve découvert à droite et à gauche, le 118e R.I à droite,
                           ayant un peu moins avancé, et le 265e R.I à gauche, n'ayant pas bougé.
                           Les batteries proposent un barrage sur le front 16.45 à 30.50.
                           De plus, un barrage éventuel est préparé dans la crainte d'une contre attaque sur St Etienne
                           à Arnes, sur le front 43.48 - 50.48. Ce barrage éventuel est modifié à 16h25 et placé sur le
                           front 16.45 à 24.48."


      Journal du 2e groupe

    (pas de 6 octobre)
    7 octobre 1918 " Le II/35 reçoit l'ordre d'appuyer le 19e R.I qui attaque.
                            1er objectif: lisière nord des bois qui séparent la vallée de l'Arnes de la grande clairère
                                              Marchault - Cauroy.
                            2e objectif: Cauroy et la route Cauroy - La Neuville.
                            L'infanterie progresse mais n'atteint pas tout à fait l'objectif  H = 5h15.
                            A 14h, le groupe reçoit une mission de barrage.
                            Rien à signaler pendant la nuit."


      Journal du 3e groupe

    6 octobre 1918 " Les tirs donnés la veille sont exécutés sans succès.
                            13h30, bombardement violent de St Etienne à Arnes par l'ennemi. Contre attaque allemande
                            se déclenche sur ce village. Le III/35 renforce le groupe du 26 qui battra devant St Etienne.
                            15h, l'infanterie qui occupait  ce village (62eR.I) se reporte en avant, aux lisières sud du
                            village. L'attaque ennemie est enrayée. Le bataillon Linou, du 118e R.I, que le III/35 appuie,
                            doit se porter en avant. En conséquence, des tirs sont préparés.
                            Par suite de la situation du 62, à la droite, le colonel Deschamps donne l'ordre au commandant
                            Linou, d'arrêter la progression en avant de la tr de Marre.
                            20h, reçu mission barrage sur tr de Marre: 7e, 100m/m à gauche du repère du chef d'escadron,
                            8e, de 100m/m à 200m à gauche du repère, 9e, du repère à 110m/m à droite."

    7 octobre 1918 " 2h, les tirs suivants sont effectués de 3h45 à 6h; 1 coup p p m dans la zone de barrage.
                            6h , 2 coups p p m en faisant des bonds successifs habituels (100m en 4').
                            4h30, halte au feu, attente de nouveaux ordres.
                            20h, reçu nouveau barrage devant tr de Marre (de 31.48 à 24.48)."

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Dim 7 Oct - 17:34

    Oui, Briselance Tahure n’est plus (j’ai corrigé la carte).


    (Wikipédia)

    « Le 19e R.I est repassé en 1ère ligne à partir de 12h. La zone de ce régiment est répartie entre
                            les batteries »

    le 19ème RI est remis à contribution… et 3 batteries sont "mises à son service".

    « ...puis allonger le tir par bonds de 100m en 2 minutes, pendant 10 autres minutes... »

    Le 2ème groupe règle ses tirs en fonction des 2 objectifs indiqués...

    "7 octobre 1918 " Le II/35 reçoit l'ordre d'appuyer le 19e R.I qui attaque.
                            1er objectif: lisière nord des bois qui séparent la vallée de l'Arnes de la grande clairère
                                              Marchault - Cauroy.
                            2e objectif: Cauroy et la route Cauroy - La Neuville.
    "


    De son côté l'ennemi ayant attaqué à Saint Etienne à Arnes, le 3ème groupe intervient pour la contre-attaque du 62ème RI .



    (On peut voir à droite la ligne de front de la division US au 7 octobre 1918)

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Lun 8 Oct - 7:38



    Journal du 1er groupe

    8 octobre 1918 " Pendant la nuit, la 7e D.I a relevé la 22e D.I, et le groupe a une mission d'appui du 103e R.I.
                            Ce régiment se porte à l'attaque, à 5h, appuyé par des chars d'assaut, dans la direction de
                            Ville sur Retourne, avec comme objectifs:
                               1°, la lisière Nord des bois qui séparent la Vallée de l'Arnes de la clairière Marchault - Cauroy.
                               2°, Cauroy et la route de Cauroy à La Neuville-en-Tourne-à-Fuy.
                               Ultérieurement: La Retourne.
                             Les limites d'action sont à l' Ouest; le pont sur l'Arnes, à 500m Est de St Pierre - le point 20.60,
                             le bois 21.70, le pont sur la Retourne, 500m à l'Est de Ville sur Retourne, à l' Est du méridien 262,6.
                             De 4h45 à 5h, un tir est exécuté pour couvrir le bruit fait par la mise en place des chars d'assaut,
                             sur les lisières sud des bois, entre les parallèles 285 et 286.
                             De 4h55 à 5h, les batteries se fixent sur le barrage fixe de 20.47 à 26.50, puis de 5h à 5h15, un
                             barrage de concentration de 20.54 à 26.57.
                             A 5h15, cette concentration est reportée sur la ligne 20.56 - 26.67, où le tir est maintenu jusqu'à
                             5h35. De 5h35 à 7h35, les Bies exécutent un barrage lent en avant du 1er objectif.
                             Dès 5h30, le chef d'escadron part en reconnaissance, pour chercher une position en vue de l'appui
                             sur l'attaque du 2e objectif qui devait avoir lieu à 7h.
                             A 8h, le lt-colonel donne l'ordre de porter une Bie en avant. La 2e Bie commence son mouvement,
                             mais, contre-ordre est donné, à cause de la difficulté de passer les ponts de l'Arnes, battus par des
                             mitrailleuses, de la gauche.
                             Le P.C est réinstallé à Petersberg. A 9h50, on apprend que le bataillon du 103e R.I a progressé et
                             se trouve en flèche, à 800m, le 265e R.I n'ayant pas bougé, à gauche.
                             Les Bies reprennent leur mission de barrage, au delà du 1er objectif.
                             A 11h25, on apprend, par téléphone, que le front du 103e R.I a été pilonné sur la ligne suivante:
                             14.51 - 17.56 - 20.60 - 23.63, terrain d'exercice.
                             Les Bies s'établissent en barrage entre 20.60 et 23.63, à 200m au Nord de cette ligne.
                             A 17h, le barrage est demandé par fusée, à deux reprises différentes et exécuté aussitôt.
                             A partir de 21h, des harcèlements sont exécutés par la 2e Bie, sur la zone d'abris 36.70."

    9 octobre 1918 " A 4h, l'infanterie demande le barrage, par fusées. Le tir est déclenché aussitôt.
                           Le lt-colonel donne l'ordre de faire 10 min de barrage, puis de continuer à cadence lente  avec
                           rafales plus rapides. Le calme est rétabli à 4h30.
                           A 10h, le 103e R.I reprend l'attaque, appuyé par les autres régiments de la 7e D.I à sa droite.
                           De 9h55 à 10h, les batteries doivent exécuter un barrage fixe à 250m en avant de la ligne
                           d'infanterie jalonnée la veille à midi.
                           Dans le but d'ajuster ce tir en plus fin, un contrôle de tir est demandé au DL. Le chef de bataillon
                           fait savoir qu'il est dangereux de tirer au sud du parallèle 287.
                           Ce renseignement était en contradiction avec le jalonnement donné, confirmation est demandée.
                           Le lt-colonel envoie le front exact au 103e et change le barrage initial, ainsi que la première
                           concentration prévue. Les batteries exécutent les tirs ainsi modifiés.
                           De 9h55 à 10h, barrage sur le front 26.69 à 20.69.
                           De 10h à 10h05, concentration sur le Méridien 287,2 de 26.72 à 20.72.
                           A 10h30, le s/lt Seité part en reconnaissance et à 11H15, il avertit que la situation est inchangée
                           sur la gauche et qu'il n'est pas possible de se porter au Nord de l'Arnes.
                           A 12h15, le lt-colonel fait connaître que le 103e a atteint le parallèle 287. Les Bies sont installées
                           en barrage à 300m au Nord. Vers 17h, quelques coups de harcèlement sur les batteries =
                           un homme blessé mortellement (Lozach, 3e batterie canonnier cycliste)."


    Dernière édition par briselance13 le Lun 8 Oct - 7:43, édité 1 fois

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Lun 8 Oct - 7:42


    Journal du 2e groupe

    8 octobre 1918 " Le II/35 reçoit l'ordre d'appuyer le 103e R.I, qui a pour mission de prendre le premier objectif
    fixé le 7 octobre. La Division de gauche, 265e R.I n'ayant pas bougé, l'attaque ne peut pas
    progresser. Le groupe reçoit l'ordre une mission de barrage.
    A 17 heures, le groupe déclenche le barrage sur vues de fusées.
    Félicitations à l'Artillerie, du colonel du 103e R.I, pour la promptitude du tir et son efficacité."
    9 octobre 1918 " A 5h, forte attaque allemande qui est repoussée par le feu violent des mitrailleuses de l'artillerie
    Le II/35 fait barrage.
    A 5h30, le II/35 reçoit l'ordre d'appuyer le 103e R.I qui attaque sur les mêmes objectifs.
    Ligne avancée H = 10h.
    A 21h, le II/35 reçoit une mission de barrage."

    Journal du 3e groupe

    8 octobre 1918 " 2h20, reçu ordre d'opération. La 7e D.I attaquera le 8 oct, dans la région de Ville sur Retourne.
    Objectifs; 1° lisières Nord des bois qui séparent la vallée de l'Arnes de la Grande Clairière
    Marchault - Cauroy.
    2° Cauroy et la route de Cauroy à La Neuville-à-Tourne-à-Fuy.
    Objectif ultérieur; la Retourne.

    Groupement Brun; 1/26 et III/35 Plan d'emploi; Tirs destinés à masquer le bruit des chars
    d'assaut pendant leur mise en place. Durée 1 heure.
    Objectifs; toutes les lisières sud des bois situés entre les parallèles 285 et 286, chaque groupe
    dans sa zone. Consommation; 1 coup par batterie par minute.
    Déclenchement, heure fixée par téléphone.
    Préparation A.C; de H -5 à H barrage fixe à 250m devant la ligne d'infanterie.
    Cadence; 4 coups p p m.
    1° attaque du 1er objectif; tirs en fumigènes de H à H+5', barrage en fumigènes de 32.52 à
    39.48 (1/26), de H +5' à H + 15', barrage en fumigènes de 31.55 à 38.52 (III/35).
    Cadence; 4 coups p p m.
    Concentration sur la ligne 20.65 à 36.70
    Barrage devant 1er objectif; de H + 35 à H 1h, barrage sur le ligne 20.70 à 35.75.
    Cadence; 1 coup p p m.
    De H + 1H à H'; barrage sur même ligne, cadence; 1 coup par batterie, par minute.
    2° attaque sur 2e objectif; tirs en fumigènes de H - 5 à H + 10', barrage devant Cauroy, sur le
    parallèle 288. Cadence; 3 coups p p m.
    Concentration lisières sud de Cauroy - Groupement Brun. Cadence; 1 coup p p m.
    Barrage devant 2e objectif; de H + 10' à H + 30', sur ligne 20.83 - 28.83 - 36.27.
    Cadence; 1 coup p p m.
    Appui de l'Artillerie du 11e Corps; H - 30' à H, tir sur Cauroy et abords.
    H à H + 1H, tirs d'aveuglement des observateurs en lisières sud des bois, compris entre les
    parallèles 290 et 291. H = 5h15' H sera fixée ultérieurement.

    signé; de Beauvais.

    Déplacement des batteries, dès que le 2e objectif sera atteint, les IIe et IIIe groupes du 35
    exécuteront des reconnaissances au N de l'Arnes, et à hauteur du parallèle 285.
    L'attaque a échoué."

    9 octobre 1918 " L'attaque est reprise à H = 10h, dans les mêmes conditions que la veille, et aboutit au même
    résultat. Tirs de harcèlement pendant la nuit sur pistes et routes aboutissant à Cauroy."

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Lun 8 Oct - 17:17



    Les 8 et 9 octobre on reste dans le même secteur.
    Le 265ème RI reprend les objectifs du 19ème.

    Le 1er Groupe et 2ème Groupe du 35ème RAC sont en appui du 103ème RI.
    Ce 103ème RI qui avance un peu plus vite que le 265ème.
    "...on apprend que le bataillon du 103e R.I a progressé et
                             se trouve en flèche, à 800m, le 265e R.I n'ayant pas bougé, à gauche..
    ."



    « Le 8 octobre, le 103ème RI  attaque impétueusement devant Saint-Pierre-à-Arnes. Malgré la violence du tir des mitrailleuses ennemies, il progresse hardiment et parvient à s’établir en flèche à plus de deux kilomètres 500 dans la ligne ennemie. Toutes ses compagnies sont en ligne. Il n’a plus de réserve ; il est presque encerclé par l’ennemi qui contre-attaque sans cesse. Pas un instant l’idée ne vient à aucun de ses braves de se replier…
    …A la suite des opérations de septembre et octobre 1918, le 103e a obtenu une 2e citation à l’Ordre de l’Armée et a été autorisé à porter la fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre.
    »
    (Extrait de : Campagne 1914 – 1918 - Historique du 103e Régiment d’Infanterie B. D. I. C. - Droits : Domaine public - Transcription intégrale : P. Chagnoux – 2015)
    ------------------------------------------------------
    1er Groupe 8 octobre :
    "...un tir est exécuté pour couvrir le bruit fait par la mise en place des chars d'assaut..." c'est vrai, ce sont des engins qui font du bruit...

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Mer 10 Oct - 13:08



    En parallèle avec les Armées Françaises, les Divisions américaines avaient bien compris cette guerre, sur le terrain et 
    furent d'une aide phénoménale. Mais il est intéressant de connaître ceci; l'histoire des " code talkers" (qui parle le code).
    JOSEPH OKLAHOMBI né le 1er mai 1895 en Oklahoma, engagé en 1917 au 141e Régiment d'infanterie (36e Division).
    En octobre 1918, au sein de la 2ème Armée US, engagée en Champagne, près de la 22ème D.I française, ce pourquoi 
    j'en viens à en parler. Donc à cette date, Joseph, natif de la tribu des Choctaws, était à St Etienne à Arnes, lors de la
    bataille de Blanc-Mont et c'est là qu'il s' est particulièrement distingué, alors qu'avec une section, il permet  la capture 
    d'un nid de mitrailleuses et de mortiers de tranchée, qu'il retournait sur les Allemands , ramenant 171 prisonniers.
    Joseph Oklahombi a été récompensé par la Croix de Guerre remise par le général Pétain en personne.
    Le général Pershing lui a remis la Silver Star.

    Il est décédé suite à un accident, le 13 avril 1960.



    On savait que les Navajos avaient utilisé leur langage pour tromper les japonais, dans la guerre du Pacifique, mais 
    moins que d' autres tribus, lors de la Première Guerre Mondiale. Donc les Choctaws en Meuse-Argonne et en Champagne,
    en octobre 1918 et  depuis septembre 1918 avec les Cherockees, dans la Somme, au sein de la 30e D.I US, sous 
    commandement britannique.
    Moralité : on a souvent besoin d'un plus petit que soi. Respect messieurs les Indiens d'Amérique.

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Mer 10 Oct - 13:09


    Journal du 1er groupe

    10 octobre 1918 " A 9h30, la 7e D.I se reporte à l'attaque.
                              De 9h20 à 9h30, barrage fixe à 250m en avant de la ligne d'infanterie.
                              De 9h30 à 9h55, les Bies font barrage devant l'objectif, sur le parallèle 287,2.
                              A 12h, on apprend que l'infanterie n'a pu progresser, le 265 n'ayant  pas avancé.
                              Journée calme, sauf un tir de harcèlement vers 12h, sur la zone des batteries.
                              Les observateurs signalent de nombreux incendies dans les lignes ennemies.
                              Ces feux durent toute la nuit."
    11 octobre 1918 " A 5h, la D.I envoie un ordre, annonçant que l'ennemi se replie vers le Nord.
                              Le déplacement du groupe est préparé. Le chef d'escadron part en reconnaissance
                              dans la direction de Cauroy, où passe l'axe de marche du 103e R.I.
                              La 1ère Bie est même en route, derrière les reconnaissances. Le 3e Echelon de la
                              reconnaissance et la 1ère Bie sont arrêtés par un ordre du lt-colonel, avant d'avoir
                              franchi l'Arnes. Le groupe est mis à la disposition de la 61e D.I.
                              A 12h, le groupe repart, et se rend en position de rassemblement à St Clément à Arnes.
                              Les Bies doivent relever le 1er groupe du 251e.
                              Le chef d'escadron part en reconnaissance à 17h, et les Bies se mettent en route à
                              17h30. Le groupe prend position à l'ouest de Cauroy, vers 14.22. Notre infanterie
                              est au contact de l'ennemi sur la Retourne"


         Journal du 2e groupe

    10 octobre 1918 " A 6h30, le groupe reçoit l'ordre d'appuyer le 103e R.RI, qui doit attaquer à nouveau
                              les objectifs précédents. Les D.I voisines attaquent également pour arriver à hauteur
                              de la nôtre. H = 9h30.
                              14 heures, les 4e et 5e Bies subissent un tir de destruction par 105 et 210.
                              La 4e Bie perd un canon et 6 chevaux (80 coups environ)."
    11 octobre 1918 " Le II/35 reçoit l'ordre de se porter à hauteur de St Clément à Arnes, à 13 heures.
                              Départ 13h30. Arrivée à 14h45. Le groupe se rassemble à proximité de St Clément,
                              sur la rive sud de l'Arnes. Le II/35 relève le 3e groupe du 251e R.A.C, en 05.84.
                              Le groupe reçoit une mission de barrage. Nuit calme."

      Journal du 3e groupe

    10 octobre 1918 " Harcèlements. Le 7e D.I continue à attaquer. H = 9h30.
                              L'attaque échoue encore."
    11 octobre 1918 " L'ennemi se replie vers le Nord. La 7e D.I progresse suivant l'axe  St Etienne
                              à Arnes - Ouest de Marchault , 1500m Est de Mont St Remy.
                                     1er objectif; route de Marchault - Neuville
                                     2e   "   "   "  Côte 119
                                     3e   "   "   "  lisières des bois N du parallèle 292
                                     4e   "   "   "  rive Nord de la Retourne.
                              La 8e Bie est désignée pour être détachée à la demande de l'infanterie.
                              Le III/35 fait toujours partie du Groupement Brun.
                              Départ en reconnaissance vers 9h. Mise en batterie au terrain d'exercice, vers 11h.
                              Le 1/26 nous relève de notre mission, vers 20h.
                              Mission; barrage entre la Retourne et le chemin à 2 traits, allant de Mont St Remy à
                              Ville sur Retourne."

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Mer 10 Oct - 21:10


    Heureusement que les tuniques bleues n'avaient pas "éradiqués" tous les indiens...

    "...à cette date, Joseph, natif de la tribu des Choctaws, était à St Etienne à Arnes, lors de la
    bataille de Blanc-Mont et c'est là qu'il s' est particulièrement distingué, alors qu'avec une section, il permet  la capture  
    d'un nid de mitrailleuses et de mortiers de tranchée, qu'il retournait sur les Allemands , ramenant 171 prisonniers.
    Joseph Oklahombi a été récompensé par la Croix de Guerre remise par le général Pétain...
    "

    Quant au 35ème RAC, il est toujours sur la brèche :
    3e groupe, le 11 octobre :
    "Mission; barrage entre la Retourne et le chemin à 2 traits, allant de Mont St Remy à
                             Ville sur Retourne."


    L'Arnes et la Retourne deux "ruisseaux" d'un "plat pays" que tout le monde a oublié aujourd'hui...

    et Mont St Remy incendié le 9 octobre...



    (Album mont st remyblog)

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Jeu 11 Oct - 12:44


    Journal du 1er groupe
    12 octobre 1918 " L'ennemi continue à battre en retraite. Les Bies, suivant de près les reconnaissances,
                               partent à 5h30, et sont arrêtées en position de rassemblement vers 26.02.
                               Le groupe va prendre position dans la clairière vers 25.17.
                               L'infanterie continue de progresser vers le Nord, et les Bies se portent en avant, en
                               position de rassemblement, au Sud de Pauvres, vers 42.35.
                               Les reconnaissances, au contact du bataillon de tête, continuent à progresser vers le Nord.
                               A 12h, les batteries sont amenées en position de rassemblement dans le ravin, à l'Ouest
                               du camp 43.63. L'infanterie continue à progresser avec précaution, des renseignements de
                               prisonniers indiquant que l'ennemi résistera jusqu'au Canal des Ardennes*.
                               Le groupe met en position à l'Ouest de Saulces-Champenoises, vers 58.97, et se tient prêt
                               à appuyer l'infanterie qui attaque le Ruisseau du Vivier.
                               L'infanterie a pris contact avec les arrières-gardes ennemies qui occupent la rive Nord du
                               Canal des Ardennes, sur le front de la D.I (entre la route Seuil - Coucy et le Méridien de la
                               Charité)**
    13 octobre 1918 " A 5h30, le groupe est remplacé dans ses missions par le 28e R.A.C.***
                               A 6h, les batteries se mettent en route par Saulces-Champenoises, Mont St Remy, Pauvres,
                               Cauroy, et viennent bivouaquer au Camp Hansa-Lager****, au sud de la route Cauroy -
                               La Neuville-en-Tourne-à-Fuy."


             * Canal des Ardennes est parallèle au cours de l'Aisne, entre Rethel et Vouziers (dépt des Ardennes)
             ** 8 kilomètres à l'Est de Rethel.    *** On retrouve le 28 RAC régiment breton initialement du XIe C.A.
             **** Hansa-Lager; ancien camp allemand.


          Journal du 2e groupe
    12 octobre 1918 " L'ennemi reculant, le II/35 reçoit l'ordre d'appuyer le 118e R.I, qui est chargé de conserver
                               le contact avec l'ennemi.
                               A 10h30, le II/35 est en position de rassemblement à Pauvres, en 39.37. Le commandant
                               étant parti en reconnaissance à 11H, le II/35 reçoit l'ordre de se porter en position de
                               rassemblement au bois 36.70, 1km 800 au N de Pauvres.
                               A 15h, le groupe se porte en avant, à hauteur  de Saulces-Champenoises. Les Bies prennent
                               position en 46.93. Le groupe reçoit une mission de barrage. Nuit calme."
    13 octobre 1918 " A 4h, le commandant de groupe reçoit l'ordre de quitter le front. Le II/35 se porte dans le
                               camp qui se trouve au point 81.80, 2 km à l'Est de la Neuville-en-tourne-à-Fuy, où le régiment
                               se rassemble. Départ 5h30. Arrivée 10h30."
                              
                             
         Journal du 3e groupe
    12 octobre 1918 " La retraite allemande se poursuit. Reconnaissance, départ à 8h.
                              Point de rassemblement au N de Mont St Remy, sur route Mont St Remy - Pauvres.
                              En route, le III/35 reçoit l'ordre de continuer la marche en avant.
                              Traversée de Pauvres. Point de rassemblement à 1500m environ, au N de Pauvres.
                              Arrivée vers 11h.
                              15h, le 1/26 nous relève. Nous cantonnons à Pauvres, où nous sommes en réserve."
    13 octobre 1918 " Nous revenons sous les ordres du colonel Julliard.
                              4h, reçu ordre de relève. Départ de Pauvres 5h30, pour cantonner au pt 81.80, près
                              de Neuville-en-Tourne-à-Fuy. La 22e D.I se rassemble dans les environs de ce pt.
                              Chevaux et hommes sont logés dans des baraquements."


    Sur cette carte datée du 13 octobre, nous y voyons; à gauche le 2e C.A Italien avec deux D.I, à droite, beaucoup de D.I U.S.
       Et au centre, secteur de la 4ème Armée du général Gouraud, face au Grp Langer, la 22e D.I, les 7e et 61e D.I pour lesquelles
       le 35 a appuyé les régiments d'infanterie.
       Principalement les Divisions américaines sont en Argonne, sauf les 36e et 2e D.I qui combattent aux côtés de la 22e française.
      


    Un envoi de Lang
    On avance, on avance...
    Les journaux ne crient pas encore victoire mais on célèbre déjà nos alliés... Canadiens !



    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Dim 14 Oct - 19:19



    Journal du 1er groupe

    14 octobre 1918 " Repos au camp Hansa-Lager."
    15 octobre 1918 " Départ à 10h45. Itinéraire; Hauviné, Bétheniville, St Hilaire le Petit, St Martin l'Heureux,
    Dontrien, Vaudesincourt, Aubérive, Prosnes.
    Bivouac au camp de la côte 167, à 2 km N.O de Baconnes."
    16 octobre 1918 " Départ à 6h. Itinéraire; Mourmelon le Petit, Livry sur Vesle, Vaudemange.
    Bivouac au Camp Bressieux, à 2 km à l'Ouest de Vaudemange."


    Journal du 2e groupe

    14 octobre 1918 " Repos. Demande de renforts."
    15 octobre 1918 " Départ à 10h30. Itinéraire; Hauviné, Bétheniville, St Hilaire le Petit, Dontrien, Vaudesincourt,
    Mourmelon le Grand. Arrivée à 18h30, au bivouac, compris entre les routes Prosnes - Baconnes
    Gd route des Maruises et des routes Prosnes Sept Saulx et Baconnes Mourmelon le Petit."
    16 octobre 1918 " Départ à 6 heures. Mourmelon le Petit, Livry sur Vesle, Billy le Grand.
    Cantonnement au Camp Bressieux, entre Vaudemange et Trépail. Arrivée à 9h30.
    Le T.R rejoint le groupe."

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Dim 14 Oct - 19:19


    "Repos. Demande de renforts."

    16 octobre 1918, c'est le moment de décrocher et de prendre du repos au sud-est de Reims...

    "1er groupe
    Bivouac au Camp Bressieux, à 2 km à l'Ouest de Vaudemange.
    "




    "2ème Groupe
    Cantonnement au Camp Bressieux, entre Vaudemange et Trépail. Arrivée à 9h30
    ."





    Et pour le front on en est où ?

    Une sacrée avancée depuis le 25 septembre !


    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Mer 17 Oct - 7:18


    Journal du 1er groupe
    17 octobre 1918 " Repos au Camp Bressieux." (1ère Bie, le s/lt Coquerel part en permission)
                                                                      (3e Bie, les permissions ont repris le 15 octobre et
                                                                       atteignent le pourcentage de 23%)
    18 octobre 1918 " Repos au Camp Bressieux." (2e Bie, du 17 au 24, revue, nettoyage, entretien des
                                                                      harnachements, matériel, et des chevaux.)
    19, 20, 21, 22, 23 octobre 1918 " Repos au Camp Bressieux."
    24 octobre 1918 " Repos au Camp Bressieux."


       Journal du 2e groupe
    17 octobre 1918 " Repos".
    18 octobre 1918 " Le s/lt Laygues, de l'E.M, est classé à la 3e Bie, le s/lt Cadet, de la 6e Bie est classé
                              à l'Etat-Major."
    19, 20, 21,22 octobre 1918 " Cantonnement au Camp Bressieux."
    23 octobre 1918 " Le Cdt Fischer va suivre les cours de tir des Cdts de groupe à Soudé Ste Croix (Marne).
                              Le capitaine Dourver prend le commandement du groupe."
    24 octobre 1918 " Arrivée du s/lt Fabry à la 6e Bie."


       Journal du 3e groupe
    17 octobre 1918 " Nettoyage du cantonnement. Repos." (9e Bie, le lt Richard part en permission de
                                                                                    détente, 10 jours, le s/lt Porché prend le
                                                                                    commandement de la 9e Bie).
    18 au 24 octobre 1918 " R.A.S."


    Extrait du JMO de la 9e batterie du 3e groupe.

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Mer 17 Oct - 20:13


    Un envoi de LANG


    du 17 au 24 octobre : Repos au Camp Bressieux.

    ...revue, nettoyage, entretien des harnachements, matériel, et des chevaux...
    ... à 19h30 Inspection par le vétérinaire... 2 chevaux évacués pour maigreur...
    réveil à 7 pansage de 8 à 9 abreuvoir à 9h15 le soir à 16h...
    à 10h touché 8 chevaux du 1er groupe (manquent 22 chevaux à l'effectif)...


    Le repos c’est aussi celui des chevaux.  Ces chevaux au service des hommes…
    Au tour des hommes de passer à leur service !

    Des hommes au service des chevaux
    (Un extrait d’un article du site : https://buclermont.hypotheses.org/1493)




    …Au front, les chevaux vont connaître les mêmes souffrances que les hommes : le stress, la douleur, la fatigue, les blessures d’obus ou de balles, le froid, la saleté, la maladie et, parfois même la mort. Pourtant, dans un premier temps, les états-majors n’accordent que peu d’intérêt aux souffrances des chevaux. En effet, il existe alors l’image du cheval-machine, résistant et qui ne craint pas la douleur. En outre, il y a l’idée que la guerre sera courte et, qu’il n’est donc pas nécessaire de prendre soin des animaux puisque les effectifs de l’arrière seront suffisamment nombreux pour compenser les pertes du front.
    L’installation de la guerre dans un temps long va changer la vision du conflit. Dès lors, la guerre devient d’usure et, pour la remporter, il convient de préserver ses forces, ses atouts dont les chevaux font partis. L’état-major français va alors mettre en place tout un groupe d’hommes au service du bien être et de la protection du cheval. Il s’agit non seulement de le soigner, mais aussi d’entretenir et de produire les différents équipements nécessaires à la bonne utilisation du cheval (fers, harnais, longes, selles…).
    D’un point de vue vétérinaire, ce changement se manifeste par la mise à la disposition des chevaux d’hôpitaux à l’arrière du front. L’influence anglaise est ici très importante. Déjà au début du conflit, les anglais arrivèrent avec 18 000 vétérinaires tandis que les français n’en disposaient que de 3 200.
    Par la suite, hôpitaux et associations civiles anglaises (la Croix-Bleue est la plus importante) vont fortement influencer les pratiques françaises afin d’améliorer les soins équestres. Cette débauche d’énergie, en homme et en argent, témoigne bien de l’importance du cheval dans l’armée française et prouve que la guerre ne peut être gagner qu’avec les chevaux.
    Les chevaux ont joué pendant la Première Guerre mondiale un rôle de tout premier plan. Si la cavalerie s’est montrée inadaptée à la guerre de tranchée, les chevaux ont été des acteurs importants du ravitaillement et de la logistique. Ce rôle, ils l’ont payé lourdement. S’il est difficile de faire des estimations, il est établi que l’armée français a perdu 40 % de ses chevaux au cours de la guerre. La seule première journée de la bataille de la Somme s’est soldée par une perte de 7 000 chevaux pour les anglais, pourtant bien plus attentionnés que les français envers leurs animaux.
    Ce conflit aura néanmoins eu le mérite de changer la perception du cheval par l’homme. Perçu comme une machine-vivante avant guerre, il retrouvera après guerre un statut d’être vivant, même s’il aura perdu sa place centrale dans la société au dépend des machines.
    Julien ALLES, Master 2 Mondes Contemporain



    Monument aux morts de Chipilly : A la 58ème Division Britanique « London Division ».  Le sculpteur (Henri-Désiré Gauquié) a mis en scène un artilleur britannique qui embrasse son cheval agonisant, dont il vient de retirer le harnachement.  (site monumentsmorts.univ-lille3)



    Oui, ces anglais qui pensent à leurs chevaux…
    Environ 120.000 chevaux furent décorés pour faits de guerre.
    En novembre 2004, un monument fut érigé à Londres (Hyde Park) et inauguré par Son Altesse Royale la Princesse Anne en mémoire des chevaux morts et ayant servi sous commandement britannique.
    Par Iridescenti , CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2920547

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Mer 24 Oct - 9:33



    Excellente initiative de rendre hommage à tous ces chevaux exploités, mais très utiles, qui ont payé un très lourd tribut
    pendant ces 4 années de guerre. Quant on voit des images et des photos où ils sont allongés, blessés sans avoir toujours
    été achevés, c'est une horreur. Merci Lang de l'avoir fait.


        Journal du 1er groupe

    25 octobre 1918 " Départ du Camp Bressieux à 5h30. Itinéraire; Vaudemange, Livry s Vesle, Mourmelon le Grand,
                              Aubérive, Vaudesincourt (grand'halte entre Vaudesincourt et Dontrien), Dontrien.
                              Bivouac dans un camp en construction aux "Grands Bellois". "
    26 octobre 1918 " Départ à 7h45, derrière le 3e groupe. Itinéraire; Route nouvelle de St Souplet à St Clément à Arnes.
                              Bivouac dans un ancien camp ennemi à 4 km, au Nord de St Pierre à Arnes."
    27 octobre 1918 " Départ à 3h45. Itinéraire; Cauroy, Mont St Remy. Le groupe se met en position d'attente entre
                              Mont St Remy et Leffincourt, sur le rive sud de la Retourne, à 1 km au sud de Dricourt.
                              La 22e D.I doit relever la 36e D.I U.S à l'Est d'Attigny. Le Ct de groupe et les cdts de Bies partent en
                              reconnaissance en camion-auto. Reconnaissance de position occupée par le 1th Batallion du 15e F.A.
                              P.C à Chiffily."


       Journal du 2e groupe

    25 octobre 1918 " La Division fait mouvement, direction N.E. Le régiment quitte le Camp Bressieux à 6h.
                             Le II/35 bivouaque dans un bois, à 2 km sud de St Clément à Arnes.
                             Arrivée du s/lt Gilbert, classé à la 5e Bie."
    26 octobre 1918 " Départ 7h30. Bivouac dans un bois, 1500m au sud de Cauroy.
                              14h, reconnaissance des cdts de groupe, en vue de la relève de la 2e D.I U.S."
    27 octobre 1918 " Le II/35 quitte le bivouac à 4h30, et vient se former en position d'attente à 1 km S de Mont Saint
                              Remy. Reconnaissance des cdts de groupe et Bies à 8h.
                              Le groupe reçoit en renfort, 9 brigadiers dont 7 élèves aspirants et 1 servant.
                              14h, le personnel de l'E.M et téléphoniste de Bie, sous le commandement du s/lt Renaud, vont
                              occuper leurs positions respectives.
                              22h, les Bies, sous la conduite du s/lt Cadet quittent leur position d'attente, pour relever les unités
                              américaines. P.C du groupe à Coulommes.
                              4e Bie relève Bie D/15 D.I U.S à 1 km E de Coulommes.
                              5e Bie  "    "   Bie E/15  "  "   " à la Ferme Marqueny.
                              6e Bie  "    "   Bie F/15  "  "    " à 1km 500, N.E de Coulommes."


       Journal du 3e groupe

    25 octobre 1918 " Départ pour bivouaquer au Grand Bellois, 4 km Nord Est de Dontrien.
                             Itinéraire; Livry, Mourmelon le Grand, Aubérive, Dontrien."
    26 octobre 1918 " Départ 7h30, pour bivouaquer au Camp J, dans le bois, à 2 km N.E de St Clément à Arnes.
                             15h, reconnaissance. Contre-ordre. Le capitaine Bressy, (commandant provisoirement le groupe
                             depuis le départ du commandant Lacassin à l'A.C.D), se rend à Dricourt pour prendre les ordres
                             du colonel Chanson."
    27 octobre 1918 " Départ du bivouac à 4h, pour aller dans les bois, à 2 km à l' Est de Mont Saint Remy.
                              8h, des reconnaissances en camions. Arrivée à Coulommes à 9h.
                              Relève des batteries à minuit. P.C du III/35, maison Sud Vaux.
                              7e Bie 84.74, 8e Bie 81.75, 9e 94.86 dans la partie N du village de Vaux.
                              Le III/35 relève le 1/12 U.S et prend la mission du II/12 U.S, car la zone du I/12 U.S revient
                              pour la 61e D.I. Le III/35 fait barrage devant le 62 (Attigny).

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Jeu 25 Oct - 19:38


    Un envoi de LANG


    « 1er groupe …en position d'attente entre Mont St Remy et Leffincourt
    2ème groupe …pour relever les unités américaines. P.C du groupe à Coulommes…
    3ème groupe …Arrivée à Coulommes à 9h…. »


    Le 35ème remonte vers le front en passant dans une région connue (La Retourne, l'Arnes...) et s’installe du côté de Coulommes






    (D'autres photos sur le site : http://coulommes.blogspot.com/2010/10/ii-la-premiere-guerre-mondiale-touche.html)

    ____________________________________

    Mais le 25 octobre 1918, c’est aussi un évènement historique dont on a très peu parlé. : l’autonomie de l’Alsace-Lorraine ! Autonomie accordée par l’empereur Guillaune II.

    Extrait d’un article de france3régions : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/histoires-14-18-25-octobre-1918-alsace-lorraine-autonome-1542502.html

    « Automne 1918, a fin du conflit est proche et c’est une défaite annoncée pour l’Allemagne. Guillaume II le sent et tente le 25, de conserver l’Alsace Lorraine dans le giron de l’empire défait, lui offrant enfin l’autonomie réclamée depuis ½ siècle. Une région dans laquelle l’empereur a beaucoup investi.
    Au moment de l’intégration à l’empire allemand en 1871, le Reichsland Elsass Lothringen fraîchement nommé est une terre d’empire, régie directement par l’empereur contrairement aux autres Länder. En 1874, l’Alsace Lorraine obtient d’envoyer des députés au reichstag à Berlin. Et le 31 mai 1911 est promulguée la loi offrant à la région un parlement constitué de deux chambres. Elle peut donc décider de ses lois et de ses finances.
    Mais rien n’y fait : 4 années de guerre auront définitivement rangé une majorité d’alsaciens de ce coté-ci du Rhin, des manifestations pro français ont lieu d’ailleurs dans toute la région en octobre 1918. Marie claire Menges, une mulhousienne, témoigne à ce propos dans son journal : "on ne se gêne plus pour causer le français dans la rue" écrit-elle dans son journal intime. Le 25 octobre pourtant jour de la déclaration d’autonomie, l’abbé Haeggy, député au reichstag prononce le dernier discours d’un alsacien devant le parlement allemand…
    »

    ------------------------------------------------------------------
    Autre évènement : le 26 octobre 1918 Ludendorff démissionne.
    Avec Hindenburg, ils sont les véritables chefs de l’armée allemande.




    Depuis l’offensive franco-britannique du 8 aout 1918 il avait été tenté de partir.
    On le pousse vers la porte le 26 octobre. Il part en Suède pour rédiger ses mémoires avant de se lier à celui qui remettra le feu à l’Europe quelques années plus tard...

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par bridelance13 le Dim 28 Oct - 19:05

    Journal du 1er groupe
    28 octobre 1918 " Les Bies occupent leurs positions entre 0h et 4h. La 1ère Bie remplacera la Bie A en 38.78.
                            La 2e Bie, en 36.76, et la 3e en 32.77, remplaceront respectivement les batteries B et C.
                            Prise de commandement à 8h. La mission du groupe est une mission d'appui de l'infanterie
                            du sous-secteur Est de la D.I et dont le front s'étend du Ruisseau de la Loire, à la Chaussée
                            Romaine de Reims à Trèves.
                            Les Bies se sont installées en barrage sur ce front.
                            A 12h, le P.C du groupe se rapproche du P.C du Régt d'Infanterie et s'installe à Chardeny."
    29 octobre 1918 " Le 142th I.R américain est relevé pendant la nuit par le 118e R.I (P.C du colonel à Chardeny).
                            Le dispositif d'infanterie comporte deux bataillons en ligne, et une réserve, sur le front allant
                            du Ruisseau de Loire, à l'Ecluse, à l'Ouest de la Ferme Forest.
                            Le groupe appuie le bataillon de droite, dont le P.C est à Méry. Les batteries s'installent en barrage
                            entre 52.25 et 61.21. Le Ct de groupe part en reconnaissance, en vue d'autres missions, dans la
                            région Est de Ste Vaubourg. L'infanterie cherche à progresser, à partir de 17h, dans la boucle de
                            Rilly-aux-Oies."
    30 octobre 1918 " Reconnaissance par les Bies, des positions reconnues dans la région Chuffily - Méry."
    31 octobre 1918 " Le groupe reçoit, temporairement, en renfort, les 2 officiers et 70 hommes de la 9e Bie du 183e
                            Régt d'Art."


    Journal du 2e groupe
    28 octobre 1918 " Relève terminée à 4h. C.R et T.R vont bivouaquer à 2 km S.E de Machault.
                            16 heures, la C.R vient bivouaquer dans un petit bois bordant la route de Pauvres à Bourcq (4km
                            E de Pauvres).
                            Mission du groupe; barrage au Sud de la route de l'Aisne à Rilly-aux-Oies, à hauteur de la Ferme
                            Forest. Barrage éventuel N.O d'Attigny. 3 CP gauche, CP Attigny droite, CP Voncq, CP normale
                            Rilly-aux-Oies."
    29 octobre 1918 " Pour permettre un mouvement en avant, l'Infanterie qui cherche à progresser dans la boucle de
                            Rilly-aux-Oies, le barrage est porté 400m plus en avant."
    30 octobre 1918 " R.A.S."
    31 octobre 1918 " Préparation d'une attaque qui doit avoir lieu à une date ultérieure, la 22e D.I est extrême gauche.
                            Le 118e attaquera la boucle de l'Aisne de Rilly-aux-Oies, et des éléments légers franchiront l'Aisne
                            pour s'établir sur la rive droite, et s'aligner à hauteur du canal.
                            Le 62e a une mission défensive, à gauche du 118e, jusqu'à Attigny, et reste sur ses positions en
                            bordure de l'Aisne. Le 19e est en réserve et doit poursuivre l'ennemi, si ce dernier décolle.
                            Mission du groupe; C.P par rafales violentes sur bois 1 km N.N.E de Voncq, de A- 30 à A, A
                            concentrations tantôt sur pentes Nord de Voncq, tantôt sur pentes Sud de Semuy, pour commencer
                            l'attaque. Cs Desportes blessé. Le groupe reçoit un renfort de 1 officier (s/lt Creignou), 4 s/off,
                            7 brig, et 83 hommes qui sont prêtés par la 19e Bie du 178e A.T."

      Journal du 3e groupe
    28 octobre 1918 " Accrochage des batteries. Mission de barrage devant Attigny, barrage de renforcement
                            dans la boucle de Rilly."
    29 octobre 1918 " Réglages. Arrivée du s/lt Coursier au groupe, en l'absence du s/lt Malval (évacué).
                            Cet officier rentre à l'E.M III/35."
    30 octobre 1918 " R.A.S."
    31 octobre 1918 " R.A.S."
    avatar
    bridelance13
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par bridelance13 le Dim 28 Oct - 19:06


    ARTILLEURS MORTS POUR LA FRANCE

    CHAPEAU Pierre Marie né le 15 novembre 1884 à Mouais (Loire-Atlantique) canonnier servant, mat; A 358625,
    mort le 3 octobre 1918 à Trélon (Nord) suite blessures de guerre.

    MEVEL François Marie Guillaume né le 2 juillet 1894 à Plounévézel (Finistère) maréchal des logis, mat; A 361268
    9e batterie, tué le 4 octobre 1918 à Somme-Py (Marne)


    BURBAN Victor Louis né le 22 avril 1896 à Larré (Morbihan) canonnier servant, maladie en service, évacué,
    mort à l'hôpital complémentaire n°1 de Vannes (Morbihan) le 5 octobre 1918


    LE COROLLER Pierre Michel Ange né le 20 juin 1893 à Ploemeur (Morbihan) sous-lieutenant 3e batterie
    tué à 13h30 le 5 octobre 1918 à St Pierre à Arnes (Ardennes)


    CABON Pierre Marie né le 20 février 1896 à Ploaré (Finistère) canonnier servant 3e batterie
    tué le 6 octobre 1918 à St Pierre à Arnes (Ardennes)


    MOREAU Jean Marie né le 11 avril 1890 à Tréboul (Finistère) 3e batterie
    tué à 4h30 le 7 octobre 1918 à St Pierre à Arnes (Ardennes)


    LOZACH Alexandre Marie né le 20 juin 1897 à ? (Finistère) tué le 9 octobre 1918 à Ste Marie à Py (Marne)


    MORTIER Pierre Marie Louis Césaire né le 27 août 1894 à St Mars la Jaille (Loire-Atlantique) maréchal des logis
    mort le 10 octobre 1918


    BOTHOREL Guillaume né le 29 septembre 1889 à Cléder (Finistère) canonnier conducteur, maladie en service
    mort le 12 octobre 1918 à l'hôpital complémentaire n°2 de Montargis (Loiret)


    LE BARRE Jean Marie né le 9 août 1888 à Vannes (Morbihan) canonnier servant, maladie en service
    mort le 13 octobre 1918 à Ecury sur Coole (Marne)


    JOUVE Etienne né le 16 septembre 1889 à Richard (Lozère) canonnier servant, maladie en service,
    mort le 13 octobre 1918 à l'hôpital de Montferrand (Puy de Dôme)


    GOYAT Jean Louis Yvon né le 27 août 1889 à St Evarzec (Finistère) maladie en service
    mort le 14 octobre 1918 à l'hôpital d'Aix les Bains (Savoie)


    LE COZ Joseph Grégoire né le 26 octobre 1893 à Châteauneuf du Faou (Finistère)
    mort le 16 octobre 1918 à l'ambulance 13/11


    POSSÉMÉ Jean Pierre Marie Léon né le 21 novembre 1889 à St Congard (Morbihan) maître-pointeur, blessé
    mort le 18 octobre 1918 à Ecury sur Coole (Marne) à l'Ordre A.D


    MÉDÉLEC Jérôme Marie né le 20 juillet 1895 à Beuzec-Conq (Finistère) maladie en service
    mort le 23 octobre 1918


    LE GROEC Désiré né le 1 décembre 1892 à Hennebont (Morbjhan) blessé
    mort le 30 octobre 1918 à Souain (Marne)


    Ce dernier soldat n'est pas classé; Mort pour la France, mais je l'écris quand même.


    COUDÉ Eugène Marie Stanislas né le 31 janvier 1878 à St Brieux de Mauron (Morbihan) canonnier,
    matricule; A 358045, classé service auxiliaire par commission de réforme
    de Vannes, du 26 janvier 1916 et mort à l'hôpital mixte de Niort (Deux-Sévres)
    le 5 octobre 1918. Non MPLF.
    avatar
    bridelance13
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Lun 29 Oct - 18:07


    Un envoi de LANG


    "28 au 31 octobre.
    Les Bies se sont installées en barrage sur ce front.
    ... L'infanterie cherche à progresser, à partir de 17h, dans la boucle de
                            Rilly-aux-Oies."
    Mission du groupe; barrage au Sud de la route de l'Aisne à Rilly-aux-Oies, à hauteur de la Ferme
                            Forest. Barrage éventuel N.O d'Attigny
    Pour permettre un mouvement en avant, l'Infanterie qui cherche à progresser dans la boucle de
                            Rilly-aux-Oies, le barrage est porté 400m plus en avant."
    Accrochage des batteries. Mission de barrage devant Attigny, barrage de renforcement
                            dans la boucle de Rilly.
    "

    Le déploiement des groupes se fait au bénéfice des 118ème, 62ème et 19ème RI pour une offensive dans la boucle de Rilly aux oies.
    (Nota : Rilly aux oies est la dénomination de la commune de Rilly-sur-Aisne jusqu'en 1936.)



    Une carte donne quelques indications sur les lieux cités dans le journal de marche.




    Et voila une photo d’un chef de pièce Auguste Burban qui est peut-être de la famille de Burban Victor Louis cannonier décédé le 5 octobre 1918
    http://www.chtimiste.com/



    ---------------------------------------------------------------

    La Cavalerie à pied.

    On a parlé un peu des chevaux et si on parlait de ceux qui les montent (en dehors des artilleurs bien entendu !), les cavaliers ?

    Principalement déployée sur le front occidental, la cavalerie française participe aux opérations de l'été 1914, assurant surtout des missions de reconnaissance et de patrouille. Rapidement, les cavaliers combattent systématiquement démontés, tirant avec leur carabine.
    À partir de l'automne 1914, la guerre de tranchées a pour conséquence de diminuer fortement le rôle de la cavalerie : une partie des régiments abandonne ses chevaux, forme des « divisions de cavalerie à pied » et participe aux combats en tant que fantassins. La reprise de la guerre de mouvement en 1918 redonne à la cavalerie une utilité, comme infanterie montée.

    Un dernier assaut !
    La guerre de tranchées ayant commencée, le 25 septembre 1915 lors de l’offensive de Champagne eut lieu une charge de cavalerie par tout un régiment, le 11ème Chasseurs, à hauteur de Saint Hilaire le Grand (un coin connu du 35ème RAC, situé au nord est de Mourmelon le Grand).
    Pour préparer la charge du 11e chasseurs, un détachement de 80 cavaliers à pied (et quatre sapeurs du génie) travaille pendant les nuits du 3 au 19, faisant des terrassements à la pelle, construisant des ponceaux (pour passer les tranchées et boyaux), découpant à la cisaille les réseaux de barbelés français et balisant trois pistes avec des fanions.
    La préparation d'artillerie commence le 22. Le détachement à pied est réorganisé en trois pelotons de travailleurs : des cisailleurs-déblayeurs, des terrassiers et des pontonniers (pour jeter les ponts sur les tranchées allemandes). Le 25, jour de l'attaque, le régiment est regroupé à 5 h 30 sous des petits bois.
    A 9h25 c’est le signal de l’assaut.
    Laissons au journal de marche le soin de nous le décrire :

    « Les 3 colonnes partent au galop et franchissent les premiers ponceaux, elles sont arrosées immédiatement par un barrage d'artillerie et les canons allemands raccourcissent leur tir au fur et à mesure que les colonnes avancent. Dès que les colonnes sont en vue des tranchées ennemies, elles tombent sous un feu violent d'infanterie et de mitrailleuses. Nombre de chevaux sont tués ou blessés, ces derniers galopent dans toutes les directions, franchissent les tranchées ou sautent à l'intérieur et les obstruent. Les chasseurs blessés, capables de marcher ou de ramper gagnent les tranchées occupées par les zouaves et les tirailleurs de la 37e DI. Malgré le feu violent qui décime les escadrons de tête, les trois pelotons d'avant-garde arrivent jusqu'aux fils de fer allemands.
    En tête de la colonne de droite, le Sous-Lt Preiss saute à terre avec son peloton, saisit un fusil d'infanterie, entraîne ses hommes en criant « qui m’aime me suive », et avec eux, des zouaves et des tirailleurs, fait le coup de feu et pénètre dans la 3e tranchée allemande, où il est tué un chargeur à la main. En tête de la colonne du centre, le Lt Legrand saute dans une tranchée qu'il occupe avec son peloton. En tête de la colonne de gauche, le Lt Tézenas va tomber, blessé grièvement d'une balle au-dessous de l’œil, dans les fils de fer allemands, d'où il est ensuite dégagé par le Ber Lafaye. Le Cne Levenbruck, blessé à l'épaule, ayant vu le Colonel et le Lt-Colonel démontés, prend le commandement de divers éléments du Régiment, plus ou moins désemparés, les rallie à St-Hilaire et les ramène au S du village. [...]
    Dans cette attaque, l'état-major et les 3 escadrons de tête, surtout le 5e, ont fait les pertes les plus sérieuses en hommes et en chevaux. Les 3 escadrons de queue (2e, 4e et 7e) ont moins souffert. Les chasseurs blessés sont soignés et évacués avec de grandes difficultés. Plusieurs chevaux blessés errent à l'aventure ou gisent dans les tranchées où on les achève.
    »
    — Extrait du JMO du 11e chasseurs.



    Photo 11ème RCC
    http://www.chtimiste.com/album/Cavalerie/R%C3%A9giments%20de%20Chasseurs%20%C3%A0%20cheval/11e%20RCC/slides/chasseurscheval11%205.html

    ----------------------------------
    « Au 1er novembre 1918, les alliés disposent sur le front français de six divisions de cavalerie françaises, épaulées par trois britanniques et une belge (ce qui est peu comparé au 209 divisions d'infanterie alliées sur ce front)[. Les effectifs de la cavalerie y sont de 66 881 Français, 18 894 Britanniques, 6 971 Belges et 6 028 Américains ; s'y rajoutent 633 cavaliers français sur le front italien. »

    Les offensives alliés qui démarrent à l'été 1918 sont des successions de coups de boutoir sur les premières lignes allemandes, s'arrêtant à chaque fois à la limite d'action de l'artillerie, sans recherche d'une percée. Il n'y a donc pas de poursuite, la progression est assez lente et la cavalerie est uniquement engagée dans des combats à pied :
    « Ah ! certes, il ne s'agit plus d'une poursuite comme celles d'autrefois, une de ces chasses à vive allure qui étaient par essence l'œuvre d'une cavalerie accompagnée de batteries à cheval : dragons et hussards disloquant des colonnes de fuyards, coupant des routes, sabrant des attelages. Il ne s'agit plus de prouesses comme celles de Lasalle et des émules après Iéna, l'anéantissement des armées prussiennes jusqu'au dernier vestige, des forteresses se rendant à une poignée de cavaliers.
    Les armes à longue portée et à tir rapide sont là, aujourd'hui, pour l'interdire. Fusils à répétition, canons légers, mitrailleuses, créent à grande distance, autour des colonnes détalantes, une zone de protection trop dense pour que des gros de cavalerie puissent la franchir. Ajoutez que la continuité indéfinie des fronts, qui se maintient dans la retraite, défie ces mouvements tournants de large envergure, qui faisaient le triomphe des épiques sabreurs du siècle passé.
    La poursuite, à présent, se fait pas à pas. C'est une infanterie qui suit de près une autre infanterie. Celle qui se retire se couvre par des réseaux de mitrailleuses et de canons légers, accrochés aux moindres accidents du sol. L'autre n'avance qu'avec précaution, absorbée qu'elle est à nettoyer le terrain semé de pièges
    . »
    — général de brigade Emmanuel François René Fonville, 24 octobre 1918.

    Tout ce texte a été repris sur le site : http://www.wikiwand.com/fr/Cavalerie_fran%C3%A7aise_pendant_la_Premi%C3%A8re_Guerre_mondiale

    Un site qui explique avec beaucoup de détails  le rôle de la cavalerie pendant ce conflit.

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Jeu 1 Nov - 19:35


    Merci Lang pour ces précisions sur les cavaliers. Avoue que je t'ai bien fait l'appel du "pied". Te sachant cavalier,
    j'étais sûr de ta réaction  quant à nous en instruire.



          Journal du 1er groupe
    1 novembre 1918 " Le groupe se déplace, et va récupérer les positions reconnues. Le P.C du groupe est installé à
                              Chuffily. La division se porte, à 5h45, à l'attaque des positions allemandes, dans la boucle de
                              Rilly aux Oies. Les Bies appuieront cette attaque par des tirs de préparation, de 5h15 à 5h30,
                              sur le village de Rilly (1ère et 3e Bies), sur la scierie, N.E de Rilly, et la station (2e Bie).
                              Puis de 5h30 à 5h45, par un tir en obus fumigènes, sur les pentes de Voncq.
                              A 7h25, ordre du Cdt Dressler, d'exécuter un tir sur la hauteur 54.40 - 64.40, en obus à balles,
                              et obus explosifs.
                              Ce tir est exécuté par les 2e et 3e batteries.
                              A 8h05, ordre est donné d'intensifier ce tir, des mitrailleuses gênant la progression de l'infanterie.
                              A 11h, on apprend que notre infanterie est entrée dans Rilly aux Oies, et qu'elle borde le Canal
                              des Ardennes"
                              JMO de la 3e batterie; la batterie est bombardée, 9 blessés, dont 2 mortellement, Gadais et Lambert)
    2 novembre 1918 " Pendant la nuit, la 1ère Bie, qui était restée sur son ancienne position,  se porte à côté de la 2e Bie,
                              au N de Méry. Par suite de la modification du dispositif d' infanterie, le groupe appuie le 118e R.I.
                              En conséquence, le capitaine Chalumeau transporte son P.C à Méry, juxtaposé à celui du lt colonel,
                              cdt le 118e régt d'inf.
                              Les Bies sont installées en barrage, sur la ligne 51.38 à 55.39 (1ère et 2e Bie), et 57.26 à 40.28,
                              (3e Bie).
                              A 16h25, et 16h55, des tirs de concentration sont exécutés dans le ravin."
    3 novembre 1918 " A 10h45, tir de concentration sur les organisations de Mont-de-Jeux.
                              A 21h37, une fumée rouge déclenche le tir de la 3e batterie. Ce barrage est arrêté à 21h43, le
                              bataillon en ligne, signalant le secteur calme."

    Journal du 2e groupe
    1 novembre 1918 " Le jour J est le 1er novembre et l'heure H = 5h45. Déclenchement des tirs à 5h15 (A -30).
                              6 heures, une pièce éclate à la 6e Bie, mdl Blouet tué, Guignard et Hégnon blessés
                              grièvement. Mdl Blouet est inhumé dans le cimetière de Coulommes.
                              De 5h15 à 5h45, le groupe coopère à la préparation de l'attaque, en effectuant un tir sur
                              les bois entre Semuy et Voncq.
                              5h45 à 6h50, appui de l'attaque par tirs de concentration sur pentes N de Voncq et S de
                              Semuy. 6h50, continuation tirs concentration sur Semuy, cadence réduite.
                              9h, ordre de cesser le feu (consommation globale pour le groupe; 2600 coups).
                              Dans l'après-midi, reconnaissance sommaire des cdts de groupes.
                              Positions au N et à l'E du village de Roche. On apprend que la D.I a atteint tous ses objectifs
                              aux heures prévues.
                              Le groupe se porte, à 22 heures, aux environs du village de Roche et va occuper les positions
                              reconnues dans l'après-midi."
    2 novembre 1918 " Front de la D.I. Cours de l'Aisne, de 60.30 à Semuy et le Canal de Semuy à 82.32.
                              Mission D.I, garder le contact avec l'ennemi et profiter de toutes occasions pour pousser
                              éléments sur rive Nord, et établir, si possible, têtes de pont au N de Semuy et au N du point
                              82.32. Le II/35 appuie le 19e, à l'Est de l'Aisne, jusqu'en 82.32.
                              Mission II/35, barrage sur front du 19. Couverture éventuelle des détachements avancés, au
                              N du canal.
                              16h55, tir de C.P sur ravin, entre 76.34 et 80.40, 500m N.E de Semuy."
    3 novembre 1918 " 8h à 9h, tirs de contre-batterie par la 5e, sur 77.66 et 77.70
                                 "     "      "     "      "     "     "  par la 6e, sur 88.65. Consommation; 200 coups.
                               10h45, tirs sur abris de Mont-de-Jeux, entre méridiens 52 et 59. Consommation; 300 coups.
                               18h, tir de harcèlement sur les pentes 72.35 et 81.38 (50 coups par objectif).
                               21h40, barrage, consommation; 240 coups.
                               22h55, barrage,     "    "      "      480   "    ."

      Journal du 3e groupe
    1 novembre 1918 " Attaque dans la boucle de Rilly (118e), devant le front du 62e (Attigny), diversion.
                              Le III/35 fait des concentrations au Sud de Charbogne, à l'Est et à l'Ouest de cette
                              localité (zones d'abris), ainsi qu'au Sud et Sud Est de St Lambert H = 5h45.
                              Les tirs commencent à H - 30 et se terminent à H + 90."
    2 novembre 1918 " 8h, reconnaissance de positions de Bies dans les environs de la Ferme Beaumont."
    3 novembre 1918 " 8h, reconnaissance de positions de Bies dans le voisinage des Bardo.
                               Les Bies occupent ces positions dans la soirée.
                               7e en 17.93  -   8e en 17.93  -   9e en 15.94."

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Ven 2 Nov - 12:17


    Un envoi de LANG

    Pour confirmer les remarques de Tailliez et d'otosan, on trouvera un texte dans la rubrique https://www.camps-parachutistes.org/t8214-guerre-14-18-epilogue

    -------------------------------------------------------

    Et, pour revenir à briselance et les cavaliers:

    Bizarre un cavalier à pied ? Vous avez dit bizarre ? Oui, c’est bizarre !
    Merci Briselance pour cet « appel du pied » qui m’aura permis d’évoquer un peu ces cavaliers.
    Sans son cheval, le cavalier se sent perdu. Vous l’imaginez dans les tranchées devenu un simple fantassin… une catastrophe.
    Un cavalier à pied n’est pas un vrai cavalier.
    Alors, après réflexion, il s’est dit que dans un char après tout ce ne serait pas plus mal...
    Et voila pourquoi le cavalier à pied est toujours quelque chose de bizarre.
    Mais des cavaliers bizarres, il y en a encore aujourd’hui, si si c’est vrai. J’en connais.  Ils sautent même en parachutes….

    -------------------------------------------------------------------

    Les groupes du 35ème RAC appuient toujours l’offensive du 118ème RI sur Rilly aux Oies et font des tirs de diversion du côté d’Attigny.


    « A 11h, on apprend que notre infanterie est entrée dans Rilly aux Oies, et qu'elle borde le Canal
                              des Ardennes"

    De 5h15 à 5h45, le groupe coopère à la préparation de l'attaque, en effectuant un tir sur
                              les bois entre Semuy et Voncq.
    Positions au N et à l'E du village de Roche. On apprend que la D.I a atteint tous ses objectifs
                              aux heures prévues.

    Attaque dans la boucle de Rilly (118e), devant le front du 62e (Attigny), diversion. »
     


    Et voila une carte pour avoir une idée des tirs de soutien.






    Deux autres cartes avec la ligne du front à plus grande échelle.
    Quelle évolution depuis le 25 septembre !
    On se rend compte que le 1er novembre l’aile droite est encore en retrait mais ce ne sera plus le cas le 5 novembre et bien entendu le 11.






    Quelques images des lieux évoqués.

    Attigny



    Voncq
    (forum.pages1418)



    Roche
    (meuse.ardennes.overblog)




    Arthur Rimbaud et « Une saison en enfer ». Textes rédigés entre 1870 et 1873.  



    Deux extraits, au hasard :

    « Jadis, si je me souviens bien, ma vie était un festin où s'ouvraient tous les cœurs, où tous les vins coulaient. Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. -Et je l'ai trouvée amère. -Et je l'ai injuriée…
    ----------------------------
    et une partie qui laisse rêveur...
    « Assez ! voici la punition. - En marche ! Ah ! les poumons brûlent, les tempes grondent ! La nuit roule dans mes yeux, par ce soleil ! Le cœur... les membres...  Où va-t-on ? au combat ? Je suis faible ! les autres avancent. Les outils, les armes... le temps ! ... Feu ! feu sur moi ! Là ! ou je me rends. - Lâches ! - Je me tue ! Je me jette aux pieds des chevaux ! Ah ! ... - je m'y habituerai. Ce serait la vie française, le sentier de l'honneur ! »


    Il ne croyait pas si bien dire…

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Dim 4 Nov - 9:43


    Alors, bien sûr, nous n'allons pas débattre, ici, de cette imbécillité de parole, quant aux "civils que l'on a armés", mais je suis dans la même pensée que vous.

    Il est à penser que ceux qui ont vécu ces moments de guerre n'auraient pas du tout apprécié ce raisonnement, si, toutefois, s'en était un. Bon, j'ai dit que l'on ne débattait pas ici.

    Déjà, merci de suivre ces récits de ce régiment que j'admire.

    Pour répondre à Taillez, le capitaine Chalumeau est, à mon avis, un militaire professionnel, comme l'a été le capitaine Le Bourgeois, tué à Verdun en avril 1916, et qui a reçu un vibrant hommage de son arrière petit-fils que nous comptons parmi nos membres et qui a apporté beaucoup à ce sujet sur le forum.
    Je vais approfondir la question et tâcher d'apporter une réponse précise.
    Et puis, il y a Lang. Il nous parle de Roche, et là, je dois avouer qu'il m'enlève la touche de mon ordi en parlant de ce tout petit village des Ardennes, et pourtant, dès leur arrivée dans la région, les Allemands y établir leur Kommandatur, et dans cette belle ferme appartenant à la mère de Rimbaud.
    Ils la dynamitèrent lors de leur repli, devant l'avancée de la 22e D.I.
    Une maison y a été rebâtie, sur le même emplacement, et en 2017, Patti Smith (chanteuse américaine, admiratrice de ce poète), a racheté cette propriété.


    Quant aux cavaliers "bizarres " qui sautent en parachute, et oui, ils sont connus; 1er Hussards parachutistes, et 13e Dragons parachutistes.

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Dim 4 Nov - 9:45


    Journal du 1er groupe
    4 novembre 1918 " Le capitaine, cdt provisoirement le groupe, exécute des reconnaissances de position
    de Bie dans la boucle de l'Aisne, au sud de Rilly-aux-Oies.
    Certains indices permettent de supposer un repli prochain de l'ennemi.
    Le P.C du groupe est ramené à Chuffily, en même temps que celui du colonel d'infanterie."
    5 novembre 1918 " Journée calme, sauf quelques tirs de harcèlement ennemi vers Ste Vaubourg."
    6 novembre 1918 " La D.I doit tenter le passage de l'Aisne, appuyée par des tirs d'artillerie.
    Le Génie ayant pu construire des passerelles, à l'Ouest de Rilly-aux-Oies, le bataillon de tête
    du 19e R.I commence à passer la rivière à 5h30. Le passage se fait sans aucune résistance
    de l'ennemi qui semble s'être replié. Un deuxième bataillon est passé par Voncq et Semuy.
    A 8h, le bataillon de tête, rassemblé au Nord de l'Aisne, et ne rencontrant pas l'ennemi, se porte
    vers le Nord.
    A 10h, le groupe reçoit l'ordre de se porter en avant, le capitaine Chalumeau part en reconnaissance.
    A 11h30, les Bies se mettent en route, passent l'Aisne devant Voncq, puis par Semuy, Mont de Jeux,
    St Lambert, gagnent Suzanne.
    A 15h, arrivée à Suzanne, et ordre est reçu de se porter en position de rassemblement au S.O de
    Tourteron, au Nord de la Côte 158. Le groupe arrive à cette position à 15h50.
    A 16h, ordre est donné de continuer jusqu'à Tourteron. Le groupe arrive à Tourteron à 16h30 et
    se forme en bivouac pour passer la nuit."


    Journal du 2e groupe
    4 novembre 1918 " 13h, tir sur mitrailleuses au N de Semuy. Consommation; 100 O.B.
    16h, les Bies reçoivent 200 obus à gaz. Deux canonniers de la 4e gazés, évacués (Fiavet et Peltreau).
    16h28, barrage, consommation; 180 coups."
    5 novembre 1918 " La mission du groupe est changée à partir de 9 heures. Le II/35 assurera, à l'O de Mont de Jeux
    (1 km Nord de Rilly-aux-Oies) front 1 km.
    16h, le II/35 reçoit l'ordre de changer son barrage, qui se fixera de 46.40 à 55.40, au delà de la
    ligne de chemin de fer, N.N.O de Rilly-aux-Oies."
    6 novembre 1918 " 1h30, le groupe reçoit une préparation d'attaque (6 objectifs, côte 120 et St Lambert), qui doit
    avoir lieu au petit jour. L'attaque n'a pas lieu, l'ennemi ayant retraité.
    8h, le groupe reçoit l'ordre de faire mouvement pour se porter sur la rive droite de l'Aisne, et
    part à 11 heures, par Voncq, Semuy, Mont de Jeux, Suzanne et Tourteron, où se trouvent les
    premiers civils.
    Le renfort d'A.T (60 hommes) est rendu à son unité. Une section détachée (6e), sous les ordres
    du lt Rebais constitue l'appui direct de l'infanterie (19e et 118e).
    Le II/35 cantonne à Tourteron."


    Journal du 3e groupe
    4 novembre 1918 " Reconnaissance de positions au Sud d'Attigny, dans le voisinage du camp d'aviation.
    Positions occupables en cas de repli ennemi.
    11h50, tir de concentration n°4 (St Lambert)."
    5 novembre 1918 " L'ennemi se replie."
    6 novembre 1918 " Départ des positions de Bies à 14h. Itinéraire; Chuffily, Roche, Voncq, St Lambert, Charbogne.
    Bivouac à l'Ouest de la route Charbogne Bérésina."

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Lun 5 Nov - 10:48



    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Mar 6 Nov - 11:30


    Un envoi de Lang

    Les 3 groupes du 35ème RAC suivent l'ennemi à la trace...

    "passage de l'Aisne, appuyée par des tirs d'artillerie...
                          ...     Le Génie ayant pu construire des passerelles, à l'Ouest de Rilly-aux-Oies
    ...avoir lieu au petit jour. L'attaque n'a pas lieu, l'ennemi ayant retraité...
    ...L'ennemi se replie."


    On les retrouve :
    1er Groupe avec le Capitaine Chalumeau à TOURTERON
    2ème Groupe à TOURTERON également. Premier contact avec des civils libérés.
    3ème Groupe au dessus de CHARBOGNE et pas loin de La Bérésina. La Bérésina ? Tiens, mauvais signe pour les Allemands...

    Une carte avec les itinéraires :



    Une idée des villages :
    TOURTERON, mais je n'ai trouvé que cette image concernant la campagne de 1870.



    CHARBOGNE



    Et bien entendu c'est le bivouac !



    Pendant ce temps, d'après les journaux, on commence à se réjouir et à respirer :



    Et certains se mettent peut-être à rêver...


    (Archives départementales de l'Essonne)

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Mer 7 Nov - 12:18


    Et bien, Lang, avec ces images, on sent que nous approchons du Septième Ciel. Encore quelques jours (? ou !)


    Journal du 1er groupe
    7 novembre 1918 " La D.I, en colonne de division, reprend sa marche vers le Nord.
    Avant-garde; le 62e R.I, appuyé par le II/35. Le groupe marche derrière le gros, avec mission
    d'appui du 118e R.I.
    Itinéraire; Guincourt, Bouvellemont, Baâlons, La Horgne. Le groupe arrive à 14h à Bouvellemont,
    où il reste en position d'attente."
    8 novembre 1918 " La Division reprend sa marche en colonne. Avant-garde; le 19e R.I, avec II/35.
    Le groupe suit le gros, et conserve sa mission d'appui du 118e R.I.
    Itinéraire; Baâlons, La Horgne, Singly. Le groupe se forme en position d'attente à la lisière des
    bois d' Elan, sur la route de Balaives.
    Le capitaine, cdt provisoirement le groupe, part en reconnaissance vers Balaives.
    On apprend que des mitrailleuses ennemies sont toujours à la Ferme Constantine.
    Ordre est donné de rapprocher le groupe qui est mis en position d'attente au N.O de Balaives.
    A 15h, les Bies vont prendre position sur la crête, au sud d'Etrepigny.
    P.C du groupe, dans une masure abandonnée, au N.E de la Tuilerie de Balaives.
    Mission d'appui du Bataillon de gauche du 19e R.I, dans la zone, allant des Ayvelles à Nouvion
    sur Meuse. Tirs sur objectifs apparaissant sur la crête Lumes - Vrigny- Meuse, et éventuellement
    sur mitrailleuses signalées par l'infanterie, et empêchant le passage de la Meuse.
    Notre infanterie borde le fleuve."
    9 novembre 1918 " Des reconnaissances sont faites en vue de porter le groupe en avant, pour appuyer le passage
    du fleuve."


    Journal du 2e groupe
    7 novembre 1918 " Départ 6 heures, axe de marche Nord, colonne de Division. Le II/35 appuie le 62e et passe à
    Les Perchets, le Pré Boulet, Guincourt, Le Plain, Bouvellemont, Baâlons.
    A 10h, la 5e Bie met en position à 500m N de Baâlons.
    A 11h, les 4e et 6e se mettent en position, aux lisières N de Baâlons.
    Mission; appui direct du 62e R.I. Le groupe tire sur les lisières S.O de Singly et sur les haies
    du château, où de nombreuses mitrailleuses ont été vues en action.
    Dans la nuit du 7 au 8, la 6e Bie fait du harcèlement sur les routes."
    8 novembre 1918 " Le groupe fait mouvement à 5h30, direction du N, appuyant le 19e R.I.
    Arrivée à Balaives à 13 heures. Les 3 bies prennent position au N.O du village.
    Harcèlement sur la rive droite de la Meuse."
    9 novembre 1918 " Harcèlement sur convois et colonnes ennemis vus sur la rive droite de la Meuse.
    Nuit calme. Le II/35 passe à la 163e Division."


    Journal du 3e groupe
    7 novembre 1918 " Départ 7h30. Itinéraire; Guincourt, Bouvellemont. Cantonnement à Bouvellemont."
    8 novembre 1918 " Départ à 6h. Itinéraire; Baâlons, La Horgne, Singly.
    Bivouac à l'ouest de la route de Singly à Baâlons."
    9 novembre 1918 " Reconnaissance de position au S.O d'Etrepigny."

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Jeu 8 Nov - 19:37


    Un envoi de LANG

    Du 7 au 9 novembre 1918.

    Du côté allemand les choses se passent plutôt mal…

    Le 9 novembre, l'émeute révolutionnaire et la grève générale éclatent à Berlin. Le même jour, l'Empereur abdique et passe en Hollande.



    (Le 9 novembre 1918 : une section d'automobiles blindées des révolutionnaires stationne dans la cour du château royal de Berlin sur lequel flotte le drapeau rouge. Source : l'album de la guerre 1914-1919. ©️ L'illustration)


    Pendant ce temps là à Rethondes

    Le 7, à 20 heures, les plénipotentiaires allemands se présentent devant les avant-postes français à Haudroy, près de La Capelle, dans l'Aisne.
    Le 8, à 9 heures, les plénipotentiaires sont reçus en forêt de Compiègne, près de Rethondes, dans le wagon-bureau du maréchal Foch qui leur fait lire les conditions de l'armistice. Foch donne 72 heures pour accepter ou refuser.
    (http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/1918-les-temps-forts-dune-annee-de-combat)

    Du côté du 35ème RAC
    Balaives, Baalons, Singly, Etrepigny...
    La poursuite vers le nord continue, nos troupes sont arrivées en bordure de la Meuse.




    Pour le 35ème RAC les missions sont les mêmes.
    Le 1er groupe est en appui du 19ème RI
    Le 2ème groupe est en appui du 62ème RI
    Le 3ème Groupe est à hauteur d’Etrepigny


    Va-t-on franchir la Meuse ?

    Oui, et ce sera l’œuvre du 19ème RI le 10 novembre
    Le 8 novembre, le régiment poursuit et bouscule les arrière-gardes ennemies, s'empare des villages de Balaives, d'Etrépigny, d'Elaires et de Flize ; le 10, il force le passage de la Meuse sous un feu des plus violents, établit une tête de pont au nord de la rivière et termine la guerre, comme il l'a commencée, par un magnifique et glorieux combat qui mérite au 3e bataillon une citation à l'ordre de la IVe armée.
    (gallica)
    " Après s'être emparé de haute lutte, le 8 novembre 1918, des villages de Balaives, d'Etrepilly et de Flize, avoir porté nos lignes sur la rive gauche de la Meuse, et effectué ainsi une avance de plus de 10 kilomètres, le 3e bataillon du 19e RI, sous les ordres du capitaine Vincent, est parvenu, le 10 novembre, à franchir le fleuve sur une passerelle de fortune soumise aux plus violents tirs de mitrailleuses, de minen et d'obus de tous calibres. A établi une tête de pont à 500 mètres de la rive droite et s'est maintenu sur sa position dans des circonstances particulièrement critiques et périlleuses, joignant le plus bel exemple du devoir et de l'abnégation à des qualités manœuvrières de premier ordre."

    Etrepigny !!, ce nom m’a évoqué quelque chose. Et j’ai fait le rapprochement avec une vieille histoire de famille… Merci Briselance !




    Il y avait ce château mais aussi… mon grand-père paternel. Il était Lorrain et boulanger dans un régiment d’infanterie… allemand !
    Le 9, il devait être sur le chemin du retour…en France.


    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Sam 10 Nov - 10:36


    Nous y sommes. Enfin cette guerre se termine. Je veux m'attarder un peu sur ce jour .
      Pour se faire, je poste les plus des JMO du 35 et des résumés de chaque batterie, s'il en est.


     35e R.A.C
     11 novembre 1918 " A 9h, un message téléphoné par l' AD163, annonce la signature d'un armistice.
                              

    La consigne pour toutes les troupes engagées est de cesser le feu à 11 heures,
    mais de continuer à assurer une surveillance attentive.
    Le lt-colonel Julliard rentre de permission à 10h.
                                  
    A 11h, les trompettes des R.I et des régiments de campagne, rassemblés à Flize, portent pour, et sonnent devant le front de la D.I."



    1ère batterie   11 novembre 1918 " Défilé à Flize."
    2e batterie      11 novembre 1918 " A 11h, on entend la musique jouer sur la place de Flize.
                                                         L'ennemi a tiré jusqu'à la dernière minute."
    4e batterie      11 novembre 1918 " A 7h arrive la nouvelle que l'armistice est signé.
                                                         Cantonnement Ferme Eva près Balaives."
    6e batterie      11 novembre 1918 " 5h à 5h05, 30 coups sur gare Lumes triage.
                                                         6h, 30 coups sur gare Lumes triage.
                                                         A 10h55, devant tout le personnel rassemblé, la batterie tire sa
                                                         dernière salve."
    7e batterie      11 novembre 1918 " De 3h à 5h, 150 coups harcèlement sur les pentes Nord de la voie
                                                         ferrée Mézières  -  Sedan.
                                                         11h, cessation hostilités."
    9e batterie      11 novembre 1918 " 1 heure, la 9e Bie aura, dès le reçu de cet ordre, une mission   de barrage
                                                         sur une ligne parallèle à la voie ferrée, et à 600m au Nord de cette voie,
                                                         entre les méridiens 291 et 290.3. Tir de CPO dans la zone de barrage,
                                                         par rafales, de 3h30 à 5h30. Consommation; 150 coups.
                                                         11h, stop."



    Bon, maintenant il va falloir passer à autre chose, mais s'il vous plaît, restez, le 35e ne rentrera pas tout de suite à  Vannes, les JMO ne sont pas encore terminés .


    .

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Sam 10 Nov - 17:55


    Un envoi de LANG


    " A 10h55, devant tout le personnel rassemblé, la batterie tire sa
                                                        dernière salve."


    "A 11h, les trompettes des R.I et des régiments de campagne, rassemblés à Flize, portent pour, et sonnent devant le front de la D.I."

    Je ne vois rien à rajouter...





    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Lun 12 Nov - 11:17


    Journal du 35e R.A.C
    12 novembre 1918 "        Ordre de Mouvement.
                                 Le Régiment doit rejoindre les éléments de la D.I dans la région d'Attigny.
                                 Départ 6 heures. 45 km.
                                 Destination: I/35, Coulommes, Marqueny. Arrivée 18h.
                                                   E.M 35 et II/35, Chuffily. Arrivée 17h.
                                                   III/35, Roche et Méry. Arrivée 18h."
    13 novembre 1918 "       Ordre de Mouvement.
                                 La Division remonte vers le Nord. Le Régiment quitte ses cantonnements à 6h30.
                                 Destination: I/35, Alland'Huy. Arrivée 8h30.
                                                   E.M 35, II et III/35, Ecordal. Arrivée 9h30."


       Journal du 1er groupe

    12 novembre 1918" Départ d'Etrépigny à 7 heures. Itinéraire; Balaives, Singly, La Horgne, Tourteron,
                                 Attigny, Coulommes. Arrivée à 18h, cantonnement à Coulommes."
    13 novembre 1918 " Départ de Coulommes à 6 heures. Itinéraire; Attigny, Alland'Huy.
                                 Cantonnement à Alland'Huy ."


      Journal du 2e groupe 
    12 novembre 1918 " A 7h, départ de Balaives. Itinéraire:singly, La Horgne, Baâlons, Jonval,  L'Anerie,
                                  Tourteron, Charbogne. Arrivée à Chuffily à 16 h, où cantonne le groupe.
                                  Le Chef d'Escadron Fischer rentre du cours de tir de Soudé Ste Croix et  reprend le               
                                  commandement du groupe.
    13 novembre 1918 " Départ à 6h30. Itinéraire; Attigny, Charbogne, Ecordal, où le groupe cantonne.
                                  Arrivée 9h. Hommes et chevaux logés."


        Journal du 3e groupe

    12 novembre 1918 " Départ de Feuchères à 6h. Itinéraire; Balaives, Villers s/ le Mont, Singly, La Horgne,
                                  Baâlons, Jonval, Tourteron, Attigny. Bivouac à Roche."
    13 novembre 1918 " Départ à 6h45. Itinéraire; Attigny, Charbogne, Ecordal. Cantonnement à Ecordal."




    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Mar 13 Nov - 17:04



    UN ENVOI DE LANG

    C'est presque fini...

    Le 35ème RAC se déplace beaucoup.

    Beaucoup d'unités vont suivre pas à pas les troupes allemandes qui "rentrent" chez elles.
    Le 35ème va-t-il suivre l'ennemi pas à pas ?
    Pour l'instant, il recule.

    Un retour vers des lieux connus. Pas très loin d’Attigny et de Rilly aux Oies.



    Cantonnements à Alland'Huy et Ecordal







    Le journal de Marche ne dit pas si les écoliers étaient présents.
    Ils n'y étaient pas mais ils avaient certainement hâte de retourner à l'école...

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Mer 14 Nov - 12:22


    Journal du 1er groupe
    14 novembre 1918 " Départ d'Alland'Huy à 9h30. Itinéraire; Ecordal, Les Aisements, Hagnicourt, Villers-le-Tourneur.
                                 Arrivée à 15 heures. Cantonnement à Villers-le-Tourneur."
    15 novembre 1918 " Repos à Villers-le-Tourneur."
    16 novembre 1918 " Repos."
    17 novembre 1918 " Départ de Villers-le-Tourneur à 10h10. Itinéraire; Poix-Terron, Terron-lès-Poix, Singly,
                                 Balaives, Boutancourt. Cantonnement à Boutancourt. Arrivée à 16 heures."


     Journal du 2e groupe
    14 novembre 1918 " 9h45, départ. Itinéraire; Les Aisements, Les Glands, Villers-le-Tourneur, où cantonne le groupe.
                                 Arrivée à 13 heures. Hommes et chevaux logés."
    15 novembre 1918 " Stationnement à Villers-le-Tourneur."
    16 novembre 1918 " Idem."
    17 novembre 1918 " Départ à 10h30. Itinéraire; Poix-Terron, Singly. Arrivée à Balaives à 14h30 où le groupe cantonne."


     Journal du 3e groupe

    14 novembre 1918 " Départ à 10h. Itinéraire; Bérésina, Villers-le-Tourneur. Cantonnement à Villers-le-Tourneur."
    15 novembre 1918 " Repos. Révision des chargements des voitures."
    16 novembre 1918 " Repos."
    17 novembre 1918 " Etape Villers-le-Tourneur  Boutancourt, par Poix-Terron, Singly, Balaives.


    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Mer 14 Nov - 20:02


    Un envoi de cote_108

    Bonjour

    Félicitations tout d'abord pour cette retranscription remarquable tant par sa qualité que par les documents ajoutés et aux informations apportées.

    Je suis tombé par hasard sur ce post en faisant une recherche sur la cote 108, sujet auquel je m'interresse depuis près de 20 ans (même si je l'avais délaissé ces 3, 4 dernières années).

    Je ne connais pas grand chose dans le domaine de l'artillerie. Et par conséquent je ne situe pas bien les emplacements des batteries et des cibles bombardées. Aussi je m'adresse à vous. Je devine que les coordonnées sur 4 chiffres correspondent aux coordonnées que l'on retrouve sur les canevas de tir de l'époque. Mais quid des lettres et nombre à 2 ou 3 chiffres ? Y a t-il des plans dans les JMO correspondants où on peut les retrouver?

    exemple:
    Journal du 35 RAC
    13 juin 1916 " A 9h, émission de gaz faite par les Français entre La Neuville et le Godat, l'ennemi riposte par un
    tir de barrage.
    Tirs des 5e, 6e, 7e, 9e sur les tranchées de 1ère ligne.
    Tir de la 4e sur batterie 5762 et observatoire Mont de Sapigneul.
    Tir de la 9e sur un boyau de Mont Spin et route Neuville - Aguilcourt - 203 coups
    Pas de réaction sur les batteries."
    14 juin 1916 .....
    15 juin 1916 " Exercice de tir de concentration n°157 de 16h10 à 17h.
    Tir de la 7e bat sur Minen, aux points 19 et 21 (48 coups).
    Le s/lt d'Avigneau, de la 122e bat du 46e passe à la 121e bat de 58 T du 28e."
    16 juin 1916 " De 17h45 à 18h20, tir de la 7e bat sur Minen aux points 138 et 139 - 51 coups.
    Réglages par ballon du 1/35 sur cantonnements ennemis en 1781, 5877 et batterie 2167."

    Merci d'avance pour vos éclaircissements.
    Cordialement
    Laurent

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Mer 14 Nov - 20:04


    Un envoi de LANG

    à Cote_108
    Bonjour,
    Briselance pourra peut être vous répondre (?).
    En attendant, je vous signale un forum que j'ai découvert au hasard de mes recherches :

    https://forum.pages14-18.com/viewtopic.php?f=32&t=50477

    Il semble avoir le même souci que vous.
    Bonne chance.
    Cordialement.

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Jeu 15 Nov - 11:28


    Un envoi de LANG

    Les trois groupes du 35ème RAC remontent vers le nord.

    Cantonnements à Balaives et Boutancourt au sud-ouest de Sedan.

    "... Vous resterez disciplinés, respectueux des personnes et des biens après avoir abattu votre adversaire par les armes, vous lui imposerez encore par la dignité de votre attitude, et le monde ne saura ce qu'il doit le plus admirer, de votre tenue, dans le succès ou de votre héroïsme dans les combats..."  


    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Dim 18 Nov - 8:38


    Journal du 1er groupe
    18 novembre 1918 " Départ de Boutancourt à 5h30. Itinéraire; Flize, Dom-le-Mesnil, Sedan, Bazeilles, Rubécourt.
                                 Cantonnement à Rubécourt. Arrivée à 10h30."
    19 novembre 1918 " Repos à Rubécourt."
    20 novembre 1918 " Départ à 7h15. Itinéraire; Douzy, Sachy, Messempré, Chassepierre.
                                 Cantonnement à Chassepierre. Arrivée à 11h."


        Le Groupe est entré en Belgique, après Messempré.

     Journal du 2e groupe
    18 novembre 1918 " Départ de Balaives à 5h20. Itinéraire; Boutancourt, Flize, Sedan, Bazeilles, Douzy.
                                 Cantonnement du groupe. Arrivée à 11h30."
    19 novembre 1918 " Stationnement."
    20 novembre 1918 " Départ de Douzy à 7h30. Itinéraire; Pouru, St Remy, Sachy, Messempré, l'Ermitage, Muno,
                                 où cantonne le groupe. Arrivée à 11h."


        Le 2e groupe entre en Belgique, après Messempré.

    Journal du 3e groupe
    18 novembre 1918 " Etape Boutancourt - Lamécourt, par Sedan."
    19 novembre 1918 " Repos au château de Lamécourt."
    20 novembre 1918 " Etape Lamécourt  -  Lambermont, par Douzy, Sachy, Messincourt."

    Le 3e groupe pénètre en Belgique, après Messincourt.

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par ADMIN le Mar 20 Nov - 19:52


    Un envoi de LANG

    Le 35ème RAC rentre en Belgique.
    Sans faire de formalités en passant par les douanes…


    (Douanes de Messempré Messincourt)






    Comme prévu par les conditions de l’armistice les allemands quittent la Belgique en abandonnant une grande partie de leur matériel.





    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------



    Site Belge (RTBF) pour en savoir plus sur le départ de Belgique des troupes allemandes après quatre années d’occupation.

    https://www.rtbf.be/14-18/thematiques/detail_la-fin-de-la-guerre-et-la-retraite?id=8290658
    avatar
    ADMIN
    Admin
    Admin

    Messages : 93
    Points : 3260
    Réputation : 3
    Date d'inscription : 21/04/2017

    http://www.campidron.fr

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Mer 21 Nov - 22:39


    Journal du 1er groupe

    21 novembre 1918 " Départ de Chassepierre à 8 heures. Itinéraire; Florenville, Jamoigne, Termes.
                              Arrivée à 11h30. Cantonnement Termes."
    22 novembre 1918 " Repos Termes."
    23 novembre 1918 " Départ de Termes à 7h30. Itinéraire; Rossignol, Mellier, Thibessart.
                              Cantonnement E.M et 1ère Bie à Thibessart (arrivée à 11h).
                              2e et 3e Bies à Behême. La C.R à Rancimont."
    24 novembre 1918 " Départ à 7h30 de Thibessart. Itinéraire; Behême, Louftemont, Fauvillers,
                              Bodange."
                              Cantonnement 2e et 3e à Bodange. 1ère Bie et C.R à Radelange."

     Journal du 2e groupe
    21 novembre 1918 "Départ à 7h15. Itinéraire; Ste Cécile, Florenville, Pin, Jamoigne, où cantonne
                             le groupe."
    22 novembre 1918 " Stationnement."
    23 novembre 1918 " Départ à 7h30. Itinéraire; Tintigny, Etalle, Habay-la-Vieille,où le groupe
                              cantonne."
    24 novembre 1918 " Départ 6h15. Itinéraire; Anlier, Route de Fauvillers, Hollange où cantonne
                             le groupe."

      Journal du 3e groupe
    21 novembre 1918 " Départ 7h30. Itinéraire; Florenville, Pin, Valansart."
    22 novembre 1918 " Repos."
    23 novembre 1918 " Départ 7h. Itinéraire; Jamoigne, Tintigny, Etalle, Habay-la-Vieille.
                              Cantonnement à Habay-la-Vieille."
    24 novembre 1918 " Départ 7h. Itinéraire; Habay-la-Vieille, Fauvillers.
                              Cantonnement 7e, 8e, E.M à Strainchamps. 9e, C.R à Menufontaine."

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Ven 23 Nov - 18:33


    Un journal de marche est sobre par définition.
    C'est un peu dommage car on voit bien le 35ème RAC se déplacer en Belgique et au Luxembourg mais on ne connait pas ses activités.
    Déplacements et cantonnements.
    Avec certainement un accueil chaleureux dans les villages traversés.

    Comme à Chassepierre



    ou encore Fauvillers



    et Strainchamps




    Avec un peu de temps pour soigner les chevaux et les hommes qui en ont bien besoin...

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Dim 25 Nov - 18:25

    Journal du 35e RAC
    25, 26 novembre 1918 " Repos dans les cantonnements du 24 nov, jusqu'au 10 décembre."

       Journal du 1er groupe
    25 novembre 1918 " Repos dans les cantonnements."
    26, 27, 28 novembre 1918 " Repos dans les cantonnements."

      Journal du 2e groupe
    25 novembre 1918 " R.A.S."
    26 novembre 1918 " R.A.S.
    27 novembre 1918 " Idem."
    28 novembre 1918 " Départ du groupe à 10h. Itinéraire; Martelange, Bigonville (Luxembourg).
                              Revue par le général commandant la D.I.
                              Le capitaine Douver est fait Chevalier de la Légion d'Honneur.
                              Retour à Hollange, par le même itinéraire."

      Journal du 3e groupe

    25, 26, 27, 28 novembre 1918 " Repos."

       Comme notre ami Lang souhaite connaître un peu plus de détails sur ces journées de "repos",
       je me propose d'en chercher, dans les JMO des batteries, et c'est bien.

      En voici un résumé.
      Le 28 novembre, les batteries quittent leur cantonnement du 24,entrent au Luxemboug, par
      Martelange, jusqu'à Bigonville. Départ entre 10 et 11 heures, selon les campements.
      Chaque batterie emporte 3 canons et 3 caissons, en vue du défilé. Remise de Croix de Guerre
      (Ordre de l'Armée, du C.A, de la D.I).
      Fin de journée, retour en Belgique, dans leurs divers cantonnements respectifs.

    .

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Jeu 29 Nov - 6:58


    Journal du 1er groupe
    29 novembre 1918 " Repos dans les cantonnements."
    30 novembre 1918 " Repos."

       Journal du 2e groupe
    29 novembre 1918 " R.A.S."
    30 novembre 1918 " Départ en permission des s/lieutenants Renaud et Thévenet."

      Journal du 3e groupe
    29 novembre 1918 " Repos."
    30 novembre 1918 " Repos."

    Résumé des JMO des batteries
    4e batterie 29 nov: Même cantonnement. Nettoyage des harnachements, du matériel etc...
    5e batterie 29 nov: Repos à Sainlez. Le maréchal des logis chef Bretaudeau est cité à l'Ordre
                              de l'Armée et décoré de la médaille Militaire.
                              La Médaille Militaire est conférée au 2e c.s Pellettier, engagé volontaire,
                              grièvement blessé le 26 septembre 1918. La présente nomination comporte
                              l'attribution de la Croix de Guerre avec palme."
    6e batterie 29 nov: Séjour à Sainlez.
    9e batterie 29 nov: matin, soins aux chevaux, nettoyage cantonnement, et soins personnels.
                              soir: pâturage des chevaux, nettoyage par les servants disponibles.

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Jeu 29 Nov - 6:59

    ARTILLEURS MORTS POUR LA FRANCE

    BULTEZ Jean-Baptiste né le 6 janvier 1896 à Waziers (Nord) engagé volontaire le 26 janvier 1918
                                canonnier servant, 9e batterie. Tué le 1 novembre 1918 à Vaux Champagne
                                (Ardennes) suite éclatement de pièce. Cité à l'Ordre de l'A.D."

    BLOUET Jean Thomas né le 1 juin 1894 à Plomodiern (Finistère)maréchal des logis 6e batterie
                               tué par éclatement de pièce le 1 novembre 1918 à Coulommes (Ardennes).

    GADAIS Lucien Auguste né le 18 octobre 1892 à Le Bignon (Loire-Atlantique) maître-pointeur
                               3e batterie, blessé et mort à l'Ambulance 5/56 à Mont St Remy (Ardennes)
                               le 1 novembre 1918.Décoré Croix de Guerre et Médaille Militaire.

    LAMBERT Henri Louis Marie né le 11 novembre 1898 à Beaufort (Maine et Loire) matricule A360482
                              3e batterie, blessé et mort le 1 novembre 1918 à Mont St Remy (Ardennes)

    GUIGNARD Jean Georges né le 29 août 1898 à Pérouges (Ain) matricule A360015 blessé par
                              éclatement de pièce et mort le 1 novembre 1918 à Mont St Remy (Ardennes)

    BEROULE Albert Julien né le 14 juin 1897 à Monteux (Vaucluse) maréchal des logis
                             blessé et mort le 4 novembre 1918 à Le Chesne (Ardennes)

    DOLE Maurice Abel Gustave né le 8 novembre 1895 à Doullens (Somme) canonnier conducteur
                            mort le 6 novembre 1918 à Dijon (Côte d'Or) Hôpital temporaire 71

    BECAM François Marie né le 28 mai 1888 à Saint Martin des Champs (Finistère) can conducteur
                           mort le 28 novembre 1918 à Reims, ambulance 1/12, maladie en service

    PAGEOT Léon Louis Marie né le 18 décembre 1887 à Vigneux (Loire-Atlantique) canonnier
                          matricule A130908, mort au Lazaret en Belgique le 13 novembre 1918
    (prisonnier à la bataille de Maissin (Belgique), le 22 août 1914)



    Dernière édition par briselance13 le Dim 9 Déc - 10:02, édité 1 fois

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par ADMIN le Jeu 29 Nov - 12:19


    Un envoi de LANG

    Sur la liste des morts j’ai lu :  "suite éclatement de pièce"
    Cela m’a donné envie d’en savoir plus et je suis tombé sur un site que je vous propose de découvrir.

      http://peccadille.net/2016/10/09/projet-14-18-il-etait-artilleur/

    L’auteur du site s’est intéressé à l’artillerie grâce à un membre de sa famille Augustin, maître-pointeur dans l’artillerie pendant la grande guerre.




    Des extraits :

    L’artillerie, arme reine de la Première Guerre mondiale
    Dans les tranchées, les hommes que l’on trouve sont des fantassins : ils appartiennent à l’infanterie qui va à pied et dont l’arme principale est le fusil. Augustin, lui, est dans l’artillerie, dont les régiments sont équipés de canons. Ils se trouvent déployés en arrière des tranchées, à quelques centaines de mètres ou à quelques kilomètres de la ligne de feu.
    Pendant la Première Guerre mondiale, l’artillerie va prendre une importance nouvelle, ce dont témoigne l’augmentation sans précédent du nombre de canons et de la quantité  d’hommes qui servent cette arme. On estime que si en 1914, les effectifs mobilisés servant dans l’artillerie française étaient de 12%, ils atteindront 22% à la fin de la guerre, soit plus d’un million d’hommes.
    Entre temps, l’arme elle-même aura beaucoup évolué, avec la mise au point de nombreuses innovations.

    Le rôle stratégique de l’artillerie, également, ne sera plus le même : en 1914, l’artillerie est encore une arme auxiliaire, qui doit simplement appuyer l’assaut de l’infanterie. En 1916, son rôle est beaucoup plus important : c’est elle qui attaque par pilonnage de l’ennemi. Les canons employés, enfin, se sont diversifiés : la gamme va du crapouillot, petit mortier tirant à quelques dizaines de mètres, employé dans les tranchées, jusqu’à l’artillerie lourde, qui peut viser à des dizaines de kilomètres.




    Le canon est une menace pour ceux qui le servent
    Si le canon tue et blesse ceux qui sont dans son champ de tir, il est également parfois mortel pour ceux mêmes qui le servent. Il brûle les mains, défonce les oreilles et, parfois, explose…
    Pour répondre à une demande pressante d’obus et de canons, l’industrie de l’armement a augmenté les cadences mais s’est aussi montrée moins regardante sur la qualité des matériaux employés. Par conséquent, certains obus portent des vices de fabrications et il arrive qu’ils explosent dans le fût du canon, tuant les servants. Un accident redouté des artilleurs et relativement fréquent… Les Journaux de Marches et Opérations du 33e régiment en relatent d’ailleurs plusieurs…
    Et puis, il y a la menace des canons ennemis, qui, quand ils parviennent à repérer la position d’une batterie, règlent leurs tirs pour la pilonner. Une situation qu’Augustin a plus d’une fois vécue.
    » Je suis à l’Infirmerie depuis hier, je n’avais jamais vu ma mort de si près, heureusement que nous avions de bons gourbis. Nous avons été repérés de sorte que les obus Boches tombaient sur notre batterie en plein, chaque coup de canon tout volait en l’air, les bois, la terre, un a tombé sur mon caisson l’a mis en morceau, c’était de vraies rafales et avec des obus de gros calibres. Un tombe a l’entrée de mon gourbi, démoli l’entrée me projet un sac à terre plein que l’on sert pour faire nos gourbis en plein contre la tête, tu parles d’une secousse, j’ai la tête toute meurtrie, ce qui nous inquiétait le plus, nous étions deux dans le gourbi, l’autre n’a rien attrapé mais nous étions, surtout moi, moitié engloutit de terre, la terre bouchait presque le passage, on se disait bientôt adieu, il en serait revenu un autre nous étions enterrés tout vivant, étouffés sans rien pouvoir nous faire. une veine que nous avons pu nous en tirer, je n’avais encore jamais vu chose pareille depuis le début. » (lettre d’Augustin à Cécile, datée du 23 septembre 1915)
    avatar
    ADMIN
    Admin
    Admin

    Messages : 93
    Points : 3260
    Réputation : 3
    Date d'inscription : 21/04/2017

    http://www.campidron.fr

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Dim 2 Déc - 9:24


    Merci Lang pour ces précisions.

     Journal du 1er goupe
    1 décembre 1918 " Repos dans les cantonnements (cantonnement passable)."
    2, 3, 4 décembre 1918 " Repos dans les cantonnements."
    5 décembre 1918 " Repos dans les cantonnements."

     Journal du 2e groupe
    1 décembre 1918 " R.A.S."
    2 décembre 1918 " Départ en permission du commandant Fischer.
                             Le capitaine Dourver prend le commandement du groupe."
    3, 4, 5 décembre 1918 " R.A.S."

     Journal du 3e groupe
    1 décembre 1918 " Repos."
    2, 3, 4 décembre 1918 " Repos."
    5 décembre 1918 " Repos."

     Journal de la 9e batterie
    3 décembre 1918 " Le s/lieutenant Porché est désigné pour faire les fonctions de Major
                             de cantonnement."
    4 décembre 1918 " Idem."
    5 décembre 1918 " Le service de garde est composé de 1 mdl, 1 brig, 1 trompette, et
                             6 hommes servants ou conducteurs, toutes les voitures de la 3e C.R
                             seront amenées au Parc de la batterie, pour être gardées par le même
                             poste."

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Dim 2 Déc - 18:57


    Un envoi de LANG

    «PAGEOT Léon Louis Marie né le 18 décembre 1887 à Vigneux (Loire-Atlantique) canonnier servant matricule A130908, mort au Lazaret en Belgique (prisonnier à Maissin août 1914) »

    Un sujet qui pourrait être évoqué, celui des prisonniers de guerre.



    Dans des zones occupées

    Dès 1914, l'armée allemande garde une proportion de prisonniers de guerre à l'arrière de son front pour accomplir des travaux sur les voies de communications, notamment au tunnel explosé de Montmédy (Meuse) destinés à rétablir la voie ferrée Lille Metz.
    En 1916-1917, les prisonniers français travaillent surtout à l'arrière des fronts de Verdun, de l'Aisne et de Champagne. Beaucoup succombent malades dans les lazarets installés en France et en Belgique envahies ou en Alsace Lorraine annexées.
    Environ 4 000 prisonniers périssent en France dans la zone occupée par l'ennemi.




    Article complet sur :

    http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/les-prisonniers-de-guerre-francais-1914-1918

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Jeu 6 Déc - 23:13

    Journal du 1er groupe
    6 décembre 1918 "Repos dans les cantonnements"
    7, 8 décembre 1918 " Repos dans les cantonnements."
    9 décembre 1918 " Repos dans les cantonnements."

     Journal du 2e groupe
    6 décembre 1918 " R.A.S."
    7 décembre 1918 " Arrivée au groupe du s/lieutenant Daniel (aviation-stage), affecté
                            a la 5e batterie."
    8, 9 décembre 1918 " R.A.S."

    Journal du 3e groupe
    6 décembre 1918 " Repos."
    7, 8, 9 décembre 1918 " Repos."

    Journal de la 1ère batterie
    9 décembre 1918 " Même cantonnement. Reconnaissance du cantonnement qui devra être
                           occupé dans le Grand-Duché du Luxembourg, à Nagen."

    Journal de la 9e batterie
    6 décembre 1918 " Le s/lt Courrier rentre de permission, l'adjudant-chef Ventroux est désigné
                            comme adjoint à l'officier d'approvisionnement."
    7 décembre 1918 " Service habituel."

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    re il y a 100 ans le jour le jour

    Message par salliere herve le Ven 7 Déc - 12:51

    n' abandonnez pas Brise lance je suivrais la suite sur ce forum , merci pour ce travail de mémoire de plus de 4 années

    paramicalement
    avatar
    salliere herve

    Messages : 5
    Points : 362
    Réputation : 2
    Date d'inscription : 07/10/2018
    Age : 67
    Localisation : mont de marsan

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13 le Dim 9 Déc - 10:39

    Merci Hervé d'avoir suivi. Espérons que d'autres viendront.

      Journal du 35e RAC
    11 décembre 1918 "     Ordre de mouvement
                             Départ de Hollange à 7h15
                             Destination; E.M 35 et IIe groupe à Bettborn (Luxembourg)
                             sur route Arlon  Dietrich, à 15 km au nord d'Arlon.
                             1/35 cantonne à Nagen  - Attert  - Lamenn.
                             Le II/35 à Bettborn, Pratz, Rheimberg, Niederplatten.
                             Le III/35 à Folschette  Hostert."
    " Du 11 au 27 Xbre, repos dans les cantonnements du 11 Xbre."

      Journal du 1er groupe
    10 décembre 1918 " Repos dans les cantonnements."
    11 décembre 1918 " Départ du groupe à 8h30. Itinéraire; Martelange, Rambrouch,
                              Hostert, Nagen. Cantonnement; 1ère Bie et 1ère C.R à Nagen
                              arrivée à 12h30.
                              3e Bie à Lamenn, 2e Bie à Attert (cours de chef de sections)

      Journal du 2e groupe
    10 décembre 1918 " R.A.S."
    11 décembre 1918 " Départ 7h. Itinéraire; Warmach, Redange, Schwidelbrouch, Hostert,
                              Ospern, Bettborn (14h).
                              Cantonnement; 4e, C.R ; Platten, 5e; Pratz, 6e; Reimberg.

      Journal du 3e groupe
    10 décembre 1918 " Repos."
    11 décembre 1918 " Départ à 7h15. Le groupe cantonne à Folschette
                               (Grand-Duché du Luxembourg).
                               Itinéraire; Martelange, Koeschette, Rambrouch, Folschette
                               E.M, 7e, 8e, 9e Bies à Folschette, IIIe C.R à Hostert."

     Journal de la 1ère batterie
    10 décembre 1918 " Même cantonnement. Le lieutenant Salmon part en permission.
                              Le sous lieutenant Coquerel prend le commandement de la batterie.


    Dernière édition par briselance13 le Dim 9 Déc - 11:36, édité 2 fois

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    avatar
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 545
    Points : 1637
    Réputation : 5
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 24
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    re il y a 100 ans le jour le jour

    Message par salliere herve le Dim 9 Déc - 11:01

    Merci Briselance .
    bien sur les autres suivent , comme dans l'avion ( bite à cul ) et rassemblement à l'arrivé ….
    Very Happy
    avatar
    salliere herve

    Messages : 5
    Points : 362
    Réputation : 2
    Date d'inscription : 07/10/2018
    Age : 67
    Localisation : mont de marsan

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par Blu le Dim 9 Déc - 19:24

    Bonjour Briselance. Après un petit vol de reconnaissance, j'ai cherché un coin pour me poser quelques instants.
    Bien entendu, je recherchais quelque chose du côté des Pyrénées et ce Camp d'Idron m'a semblé assez proche de mon copain Jean Pierre (l'Ossau...). Alors je m'y suis posé et surprise, surprise, j'ai retrouvé le 35ème RAC !
    On continue un peu
    ?






    Le 35ème RAC avance et ses cantonnements également. Le voila bien à l’Est !

    Et si on commençait par dire quelques mots sur le Grand Duché du Luxembourg ?



    (Naturellement, il ne s'agit pas de nos artilleurs du 35ème avec des vélos... quoique ?)

    Malgré les garanties acquises par le traité de Londres en 1867, le statut international du Luxembourg reste précaire. Chaque crise européenne fait ressurgir la "question luxembourgeoise" et aiguise les velléités annexionnistes des pays voisins.
    En 1914, le Luxembourg est entraîné dans la Première Guerre mondiale. Dès le 2 août, l’armée allemande envahit le Grand-Duché en violant sa neutralité. Les autorités luxembourgeoises protestent contre l’invasion allemande, mais continuent à observer une stricte neutralité envers tous les belligérants. L’occupation se limite au domaine militaire. L’occupant ne touche pas aux institutions de l’Etat luxembourgeois. La souveraine et le gouvernement restent en place. Après la guerre, les Alliés vont reprocher au Luxembourg sa politique de neutralité envers tous les belligérants.
    Pendant l’occupation, le ravitaillement est le problème majeur auquel la population est confrontée. L’état de guerre rend impossible l’importation de vivres pour compenser les insuffisances de la production nationale. Le gouvernement introduit le rationnement et décrète des prix maxima pour juguler l’inflation. Il en résulte un marché noir florissant et une vive tension entre villes et campagne. La pénurie, la hausse des prix, la perte du pouvoir d’achat provoquent des conflits sociaux. Le mécontentement pousse les ouvriers à s’organiser sur le plan syndical. En septembre 1916, les deux premiers syndicats de la sidérurgie naissent dans le bassin minier, à Esch-sur-Alzette, et dans la capitale. Une grève qui éclate en 1917 dans le secteur sidérurgique est durement réprimée par l’armée allemande.
    L’annexion du Luxembourg figure parmi les buts de guerre de l’Allemagne wilhelmienne en cas de victoire finale. Mais en attendant, les autorités allemandes s’imposent une certaine retenue.
    Les rigueurs de l’occupation de 1914-1918 ne peuvent donc être comparées à celles de 1940-1944, quand de nombreux Luxembourgeois moururent victimes du régime nazi.
    (Source : portail officiel du grand Duché du Luxembourg)


    Mais il faut quand même savoir que des luxembourgeois ont combattu sous l’uniforme français, celui de la Légion.
    À la suite de l’«appel aux étrangers vivant en France» lancé le 29 juillet par Ricciotto Canudo et Blaise Cendrars et largement repris par la presse dès le début du mois d’août, des centaines de Luxembourgeois sont autorisés à signer à partir du 22 août 1914, comme de très nombreux étrangers de France, un engagement volontaire pour la durée de la guerre au sein de la Légion étrangère.
    (Source : site C2DH)

    avatar
    Blu
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    re il y a 100 ans le jour le jour

    Message par salliere herve le Dim 9 Déc - 20:30

    merci Blue de t'être posé aux Camp idron . le rassemblement est la et le forum t'attendais .
    le reste du stick arrive ….

    Paramicalement : Very Happy
    avatar
    salliere herve

    Messages : 5
    Points : 362
    Réputation : 2
    Date d'inscription : 07/10/2018
    Age : 67
    Localisation : mont de marsan

    Revenir en haut Aller en bas

    Page 11 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum