Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)
Aujourd'hui à 18:08 par LANG

» Saint-Exupéry ou la noblesse du sacrifice
Aujourd'hui à 17:34 par briselance13

»  Ernst Jünger
Aujourd'hui à 16:53 par briselance13

» Et s’il fallait sauter en région arctique…...
Aujourd'hui à 16:34 par VERT

» bulletin janvier 2019 Chefs de section paras au feu
Hier à 22:20 par ADMIN

» Le Général André BACH
Hier à 9:46 par locatelli

» 15 décembre 1916
Ven 14 Déc - 23:01 par VERT

» Monseigneur RAVEL
Ven 14 Déc - 17:45 par briselance13

» colonel Renaud Sénétaire
Ven 14 Déc - 15:20 par vol de nuit

Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 16 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 1 Invisible et 13 Invités :: 1 Moteur de recherche

    briselance13, LANG

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 29 le Lun 10 Déc - 16:15

    Le père Lallemand faisait ses adieux à la Légion

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Le père Lallemand faisait ses adieux à la Légion

    Message par ciel de pau le Lun 21 Mai - 21:09




    Au revoir à un “padré”



    Le 15 février dernier Le père Lallemand faisait ses adieux à la Légion et était fait à l’occasion Légionnaire d'Honneur.

    Dernière messe célébrée à la Légion, le mercredi 15 février 2018 par le père Yannick Lallemand à la chapelle du quartier Viénot à Aubagne lors de son départ en retraite, lors de laquelle son sermon fut une fois de plus remarquable et ce n’est rien de dire qu’il chargeait d’émotions, les anciens légionnaires et les cadres .

    A l'issue de la messe, une cérémonie présidée par le général Jean Maurin, précisait toute l'estime de la Légion étrangère pour un de ses plus fidèles aumôniers avec la distinction de légionnaire honoraire, juste reconnaissance pour 50 ans de sacerdoce dont 23 passés au service de la Légion étrangère.

    (*) Par le Général de division Jean Maurin commandant la Légion étrangère - Discours du 15 février 2018, à Aubagne



    Le père Yannick Lallemand a servi comme officier du contingent lors des évènements en Algérie ( au cours desquels il a perdu son frère aîné, également soldat ) à partir de juillet 1958 en tant que chef de section* dans un commando de chasse (Kimono 36 ou K36.) Il s’y distingue rapidement et finit la guerre d’Algérie avec le grade de lieutenant de réserve et deux citations.

    (*) le séminariste Yannik Lallemand était sorti aspirant de son stage à l'Ecole d'Officiers de Réserve de Cherchell , en Algérie, (Promotion 806 / 04 juillet-15 décembre 1958) et affecté au 22ème RI à Ténès,

    L’ancien séminariste devenu Lieutenant, répond ensuite à sa vocation et est ordonné en 63. Il devient aumônier militaire et est affecté au 4° REI ou son charisme et son carnet de sauts particulièrement gonflé lui vaudront par la suite son surnom dans la Légion ‘Le Padré’*

    (*) Un curé avec une vraie paire de co.....! grosses comme des noix de coco ! qui a coiffé presque tous les bérets, noirs, bleus, rouges; verts; Il sauta notamment sur Kolwézi avec le 2° REP.

    En 1981 il quitte une première fois la Légion pour Pau et son 1er RCP qu’il accompagne dans la douleur et dans l’épreuve du lâche attentat de Drakkar du 23 octobre 1983 à Beyrouth au Liban (qui causa la mort de 58 Paras du 1er RCP). ou il obtient de rester quelques temps pour aider physiquement et spirituellement, Cela alors qu’il vient d’être nommé aumônier du groupement aéroporté à Albi, auprès du 3e RPIMa de Carcassonne.

    A Beyrouth il est notamment cité, entre autres, pour son obstination à rechercher les parachutistes ensevelis sous les décombres de l’immeuble Le Drakkar.

    De même en 1984 et en 1986, lorsqu’il est au Tchad pour les opérations Manta et Epervier, au cours desquelles il est encore cité.

    Après le Tchad, c’est la Nouvelle-Calédonie,(ou j’ai eu moi même eu l’honneur de lui être présenté lors d’une de mes périodes de réserve active à la BA de La Tontouta, en qualité d’Officier de Réserve de l’Armée de l’Air qui m’avait offert un poste Mob. PN - m’incitant à “fuguer” de l’ALAT qui n’avait pas de service de réserve)

    Ensuite il est affecté en République centrafricaine.

    C’est là, que touché par le sort des militaires locaux, il quitte en 1986 l’uniforme et l’armée française et devient aumônier catholique de l’armée tchadienne pendant 10 ans.

    Au service des chrétiens de l’armée tchadienne. Il y côtoie la misère, et le dénuement, ce qui le renforce dans sa foi au service des plus petits.

    Engagé de nouveau dans sa nouvelle ‘Mission’,

    Il fait du presbytère de Faya-Largeau (Tchad) son quartier général, d’où il rayonne pour aller rebâtir ces chrétientés du désert…. « Nous avons reconstruit une vingtaine d’églises, écroulées ou détruites par les Libyens. Ils avaient transformé en w.-c. celle de Faya. A Mao, nous avons commencé, à deux fidèles, sous un arbre. J’ai vu l’Esprit Saint travailler. Bientôt, nous nous sommes retrouvés à deux cents ».

    Les visites dans les missions l’éreintent....

    « Pendant la tournée des postes, je n’avais pas une minute libre. Les fidèles me mangeaient, avec des baptêmes et des confessions par dizaines. Et en même temps, tout repose sur vous; vous êtes terriblement seul. Quand je rentrais à Faya, tous les mois et demi environ, je faisais l’expérience extraordinaire de la présence vivante de Jésus-Hostie qui m’attendait.
    C’est là que j’ai vraiment découvert ce qu’est la solitude et l’adoration. C’est l’adoration qui m’a permis de tenir ».

    Il en revient en 1996.

    A son retour en France, il dessert la garnison de Montpellier puis celle de Castelnaudary au sein du 4ème Etranger pendant six années. Atteint par l’âge de la retraite en 2002, il poursuivait depuis cette date son ministère de façon bénévole.

    Rentré chez les bénédictins de Notre-Dame de Ganagobie, il prend l’habitude de passer trois jours en silence tous les mois. Mais continue aussi à pratiquer ses marches régulières de 60 km sac au dos, qui l’incitent peut-être ? à revenir dans l’armée.  Il reprend alors son ministère d’aumônier, avec Montpellier puis Castelnaudary, où il retrouve les légionnaires du 4e REl (Régiment étranger d’infanterie).

    Avec eux, il fait la marche képi blanc, soixante kilomètres sac au dos, « le moment le plus important de leur formation. C’est là qu’il faut être ». confie-t-il !

    60 ans au service de la France, 55 ans au service de l’Eglise, 23 ans au service de la Légion.

    difficile chez ce grand Monsieur de dissocier le soldat du prêtre...
    disons simplement:

    La sainteté est entrée dans la Légion un soldat la quitte après 60 années au service de notre pays....
    http://www.legionetrangere.fr/la-fsale/actualites-de-la-fsale/1303-depart-en-vraie-retraite-du-pere-yannick-lallemand.html

    Départ en retraite du père Yannick LALLEMAND
    Dernière messe célébrée le mercredi 15 février 2018 par le père Yannick Lallemand à la chapelle du quartier Viénot à Aubagne qui part en retraite de prières ...


    avatar
    ciel de pau

    Messages : 22
    Points : 3045
    Réputation : 0
    Date d'inscription : 28/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum